Archive pour avril, 2013

Sherbrooke, Qc: murale sacrée de l’État Providence/Policier dévisagée

Posted in Actions, Reportages with tags , , , , , , , , , , , on 2013/04/30 by anabraxas

La démocratie a les mains tachées de sang

21 novembre 2012 dernier, des vandales passent à l’attaque contre une institution sacrée de la propagande d’État permanente, qui à quelques endroits à Sherbrooke recouvre les murs de la compartimentalisation citoyenne d’une éloge du conservatisme le plus crasse, toute droit sortie de l’ère Duplessiste, qui sert à embellir la paix sociale régnant dans cette ville provinciale petite-bourgeoise et horriblement catholique, tachant cette facade de l’État d’un rouge sang qui a été -comme du sang- difficile à nettoyer.

Les murales sont l’oeuvre de M(o)URIRS, un beau gros projet artistico-étatique de « réconciliation sociale » (comme si la guerre sociale était déjà finie) par le Spectacle fondé par une ex-punk toxicomance devenue artiste yuppie et prêtresse de la Sainte Conformité, salvatrice de la jeunesse prolétaire des environs, abusée par les yuppies cathos, leur DPJ et surtout par leur police.

Semble-t-il que la police qui défend ce spectacle permanent n’a toujours pas trouvé qui a fait ça (un gros bravo!), ni même les causes d’un tel geste de subversion… quoiqu’au delà de leur lessivage médiatique, c’est plus qu’évident que ça a à voir avec l l’explosion mortelle de l’usine de Neptune Technologies et Bioressources, un peu plus tôt, une usine d’exploitation animale qui fait dans l’huile de krill, et aussi dans la nanotechnologie alimentaire, et sûrement aussi avec le fait que les ordures du Conseil de ville de Sherbrooke se sont fermé les yeux sur le fait que le réservoir d’acétone qui a sauté dépassait les régulations environnementales applicables. Un autre cas de négligence criminelle de la part de capitalistes qui a coûté la vie à deux employés de la compagnie, et fait dix-neuf autres blessés.

Sherbrooke: vandalisme sur une murale de MURIRS

Nettoyage de la murale vandalisée: un vrai travail de moine (l’ironie!)

d’un média de merde

(Sherbrooke) Pas évident de trouver la solution idéale pour nettoyer les graffitis dessinés plus tôt cette semaine sur la murale de la rue Marquette. Un vrai travail de moine, dit-on. Un spécialiste de la conservation de l’art public tentait vendredi matin de restaurer la murale sans effacer les détails de la peinture. Rien n’a été concluant jusqu’à présent.

Michael O’Malley, restaurateur au Centre de conservation du Québec, a fait usage de sa science afin de déterminer comment il serait possible de sauver l’oeuvre d’art de la rue Marquette intitulé « Tradition et prévention ».

Ce dernier se concentre en fait sur de petites surfaces de la murale afin de trouver le produit solvant parfait pour retirer la peinture rouge appliquée par des vandales plus tôt cette semaine.

À la fin du travail de M. O’Malley, on espère être en mesure de déterminer si on pourra sauver la murale endommagée, a indiqué à La Tribune le fondateur de l’organisme MURIRS, Serge Malenfant.

« Il n’existe pas de produit miracle et on devra analyser nos résultats avant de choisir le moyen qu’on utilisera pour nettoyer le tout, souligne M. Malenfant. C’est un vrai travail de moine, mais c’est déjà moins long faire ça que de repeindre la murale au complet ou presque. On est sûrs de trouver la solution. On espère seulement devoir effectuer quelques petites retouches une fois les graffitis enlevés. Mais quelle sera notre décision finale? On ne le sait pas pour l’instant!»

Un bedeau faisant sa dure besogne de sauver la face de l’État

Innu protesters barricade windows of Sheshatshiu office

Posted in Uncategorized on 2013/04/27 by anabraxas

Des résistants Innus barricadent les vitres des bureaux des « Services (d’abus) de la jeunesse et de (destruction) de la famille » à Sheshatshiu.

Warrior Publications

CBC News, Apr 25, 2013Innu sheshatshiu blockade

Dozens of Innu protesters have blockaded the Newfoundland and Labrador Child, Youth and Family Services offices in Sheshatshiu.

The protesters have boarded up the windows of the building with wooden signs bearing slogans such as « bring our children back » and « baby snatchers. »

View original post 210 mots de plus

Retour vers le primitif

Posted in Réflexions, Reportages with tags , , , , , , , , , , , , , on 2013/04/27 by anabraxas

Traduction de « Back to the Primitive », écrit par Walter Bond, emprisonné pour encore huit ans, en Illinois, pour s’être attaqué à des industries meurtrières d’animaux.

La civilisation est complexe. Ça envahit nos interactions sociales, biaise nos désirs et nous sépare du monde naturel. La civilisation industrielle et la haute technologie exacerbe les divisions et approfondit toujours plus loin les séparations. L’industrie, la consommation et la production sont des fléaux pour l’environnement, les destructeurs de forêts, la cause d’une névrose inédite et abrite la même mentalité qui a permis aux Nazis d’être dirigeants de camps de la mort le jour et pères de famille le soir (ou permet à des chercheurs de mutiler des animaux à mort pour ensuite retourner à la maison pour prendre soin de leur chat).


Lire la suite

Quatre banques attaquées à Montréal

Posted in Actions, Appel with tags , , , , , , , , , on 2013/04/26 by anabraxas

Pendant la semaine passée, plusieurs d’entre nous ont décidé de s’organiser et de passer à l’attaque.

Parce que le capitalisme est totalitaire.

Parce que les institutions financières, les caisses Desjardins comprises, sont agents et protagonistes de cette domination. Parce qu’elles sont responsables des crises financières, mais en ressortent toujours gagnantes. Parce que la condition de leur existence, c’est la négation de la nôtre.

Parce que les politiciens et politiciennes, peu importe le parti, sont aussi agents de ce système, ils et elles acceptent les regles d’un jeu dont nous sommes les perdants. Parce qu’ils et elles embrassent aveuglément l’idéologie hégémonique du déficit zéro, de la réduction de la taille de l’État, de la croissance et du profit à tout prix.

Parce que les banques sont les piliers sur lesquels reposent cet édifice qui nous réifie, nous échange, nous marchandise.

Nous avons attaqué et vandalisé quatre succursales de diverses banques avec des pavés, de la peinture, des marteaux dans les quartiers Plateau-Mt-Royal et Hochelaga. Nous avons aussi vandalisé les guichets automatiques.

Nous savons que ce ne sont que les symboles de cette domination auxquels nous nous attaquons. Mais le conflit est quotidienne, quand il faut payer pour manger, pour s’instruire. Quand le proprio vient chercher le loyer, quand le huissier frappe à la porte.

Solidarité avec les résistants du Grand Jury du nord-ouest des USA qui, malgré les risques d’emprisonnement, refusent de se plier aux demandes de l’État et du Capital.

-des anarchistes

Source: Anews

Four banks attacked in Montreal

Posted in Actions, Appel with tags , , , , , , , , , , , on 2013/04/26 by anabraxas

Because capitalism is totalitarian.

Because financial institutions, Desjardins banks included, are agents of this domination. Because they are responsible for the financial crisis, yet always come out on top. Because the condition of their existence is the negation of ours.

Because the politicians, no matter the party, are also agents of this system. Because they accept the rules of a game in which we are first to lose. Because they blindly embrace the hegemonic ideology of zero deficit, of State austerity measures, of growth and profit at any price.

Because the banks are the pillars of this structure which objectifies us, trades us, commodifies us.

We attacked and smashed four banks with rocks, hammers, and paint in the neighborhoods of Hochelaga and Plateau-Mt-Royal. We also vandalized the ATMs.

We know that we only struck the symbols of this domination. But the conflict takes place everyday; when you have to pay to eat, pay to go to school (which is itself subsumed to the reproduction of Capital), when the landlord comes for the rent, when the repossession agency knocks at the door.

Solidarity with the Pacific Northwest Grand Jury resistors who, despite the risk of imprisonment, refuse to bow down to the demands of the State and Capital.

– some anarchists

Source: Anews

Inuit in Labrador arrested protesting hydro project

Posted in Uncategorized on 2013/04/17 by anabraxas

Warrior Publications

David P. Ball, Indian Country Today, April 11, 2013

A 74-year old Inuit elder has ended a hunger strike and been released from jail after being arrested along with seven others protesting the controversial Muskrat Falls hydroelectric dam on the Churchill River in Labrador.

View original post 662 mots de plus

ZAD: Qui gaze nos semences récolte la tempête!

Posted in Actions, Appel, Reportages with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 2013/04/16 by anabraxas

Compte-rendu des médics sur l’attaque paramilitaire du 15 avril dans la ZAD

Dans la presse vous entendrez beaucoup parler des trois gendarmes blessés mais, peu des personnes subissants les violences physiques et psychologiques de cette opération militaire.

https://i1.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/04/22.jpg

En tant qu’équipe medic on voulait transmettre ce que l’on a vu aujourd’hui. Alors qu’hier on celebrait la libération du carrefour de la Saulce deux jours plus tôt par un pique-nique festif sans autres blessures que des coups de soleil, ce matin les gendarmes sont revenus en nombre reprendre le carrefour, réinstaurer leur occupation militaire. Dans ce cadre-là, on a vu de nombreux tirs tendus de flashball et grenades assourdissantes a courte distance, qui ont infligé de nombreuses blessures dont certaines pris en charge par l’équipe médic :

• impacts par flashball :

→ œdèmes et hématomes :
– trois personnes dans les jambes
– une personne dans le bras
– une personne dans les épaules
– trois personnes dans le thorax
– une personne dans le dos

→ un impact dans la tête entrainant une plaie ouverte du crâne nécessitant cinq points de suture

→ un impact dans le visage provocant un arrachement important de l’arcade et un enfoncement des sinus accompagné par une hémoragie importante nécéssitant une prise en charge par les pompiers

• impacts par des grenades assourdissantes :

→ plaies, brulures et corps étrangers faits par les éclats de grenade :
– trois personnes dans les jambes
– une personne dans une fesse

→ blaste :
– multiples personnes choquées (désorientations, acouphènes)
– une personne plus gravement atteinte malgré la présence d’une palette la protégant des impacts des éclats

• des nombreuses intoxicationes liées à l’emploi massif de gaz lacrymogène et poivré

Les pompiers ayant evacué la personne ont eté bloqué par les gendarmes qui leur ont refusé l’accès et ne les ont laissé passer qu’après l’insistance d’occupants présents. Ils ont de nouveau empêché leur départ afin de contrôler la personne blessée, retardant en tout plus de vingt minutes la pris en charge des secours.

Une occupation militaire ne s’installe jamais sans violence. Cette liste non-exhaustive ne voudrait pas oublier toute la violence psychologique d’un tel déployement policier ainsi que celles subies au quotidien dues à leur présence permanente et leurs agissements.

https://i0.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/04/191.jpghttps://i2.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/04/181.jpghttps://i2.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/04/171.jpghttps://i0.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/04/161.jpghttps://i2.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/04/212.jpghttps://i1.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/04/2021.jpg

Soit ils nous virent, soit ils se cassent!

(et s’ils nous virent, on revient!)

La veille de la manifestation « Sème Ta ZAD », le carrefour de Fosses Noires / Chemin de Suez, est liberé de la présence des gendarmes mobiles…

Pendant 2 jours, ce carrefour, nombril de la zad, est spontanément redevenu ce qu’il était : un endroit de passage, où l’on se croise, s’echangent des nouvelles, un point de rencontre. Ces jours-ci, la ZAD fut parcouru par des centaines de personnes outils en main.

Le dimanche, nous avons fêté la fin de l’occupation militaire. Rêve éphémère ou réalité des jours à venir ?

Depuis plus de 141 jours nous sommes, habitant-e-s du centre ZAD, pris au piège par les deux barrages de flics. Notre quotidien, c’est du bleu. Pas un matin, midi au soir sans être confronté.e.s à leur présence. Sans être contrôlé.e.s, fouillé.e.s, humilié.e.s. Nous n’avons pas le choix de les éviter. Nos enfants vont à l’école, nous avons pour certain-e-s des activités professionnelles. Fini les balades à vélo, fini les marches tranquilles, les rencontres avec les voisin.e.s et les ami-e-s qui n’osent plus venir. L’endroit où nous et nos enfants vivons, est devenu une zone d’enfermement, dans le silence, depuis le weekend du 15 décembre 2012.

Doit on continuer à subir sans réagir alors qu’il n’y a aucune légitimité et utilité à leur présence ? Nous ne le pensons pas ! Alors il faut relever la tête, s’unir et refuser cette mascarade !

Le prétexte officiel de bloquer le carrefour n’a jamais empêché d’apporter des denrées sur la ZAD, du gaz, des matériaux inflammables ou de construction. Le réel objectif est plutôt de donner l’illusion qu’ils contrôlent la zone, de faire pourrir la situation tout en tentant de contenir la lutte aux frontières de la ZAD, d’établir une pression psychologique et de créer une répression constante qui provoque un climat de tension permanente. Enfin, lors d’un contrôle, quand on craque et qu’on exprime notre ras le bol, la réponse des flics est systématique : « vous n’avez qu’à partir ». Ce qui représente une autre forme d’expulsion, plus insidieuse, à l’heure où la commission du dialogue avait demandé la fin des interventions pendant la durée de son mandat…

Leur petite comédie de « commission du dialogue » a pris fin, maintenant la conclusion doit être claire : soit ils nous virent, soit ils se cassent !

Il est évident que nous ne nous laisserons plus occupé.e.s de la sorte : s’ils reviennent chez nous, nous irons chez eux !

Il y a quelques mois, un appel à occuper les lieux de pouvoir avait été lancé en cas d’attaque sur la ZAD. Or, la ZAD est habitée sur toute sa surface et on n’habite pas un endroit sans ses routes, ses champs et les liens qu’ils génèrent. Nous considérons donc que la réoccupation militaire du carrefour serait une attaque directe de notre lieu de vie. Nous appelons en conséquence à des actions décentralisées, que ce soit par des occupations de lieux de pouvoirs et de carrefours de circulation stratégiques, ou par toute autre type d’actions jugées pertinentes !

Des habitant.e.s qui résistent

Un récit de la journée sème ta ZAD

Les champs sont encore bien humides pour une grande action agricole, mais cela fait fait quelques jours que ça fourmille un peu plus encore partout sur la zone : préparation des chantiers, des scènes, des gâteaux, dégagement de certains chemins, signalisation… Puisque la commission du dialogue conseille de poursuivre le projet d’aéroport, mais que le gouvernement risque de ne pas oser se lancer dans de nouvelles expulsions avant d’avoir révisé quelque peu la copie, notre réponse immédiate sera d’asseoir l’occupation à long terme de la zone par de nouveaux projets agricoles.

En préambule à la journée « sème ta zad« , bonne surprise hier soir puisque vers 22h, la préfecture a décidé de retirer ses troupes du carrefour de la Saulce, point central au coeur de la zone menacée par l’aéroport. Cela fait 141 jours que l’on vit avec une occupation policière permanente : harcèlements, ralentissements et perturbations de nos allées et venues avec le choix de contourner à pied par les champs ou de se faire contrôler, fouiller et humilier. On peut donc dire que leur départ de la Saulce est un sacré soulagement. Immédiatement, le joyeux message passe, par la radio, par les chemins, d’une maison à l’autre… Tant et si bien qu’assez vite une fête s’improvise sur la route, avec quelques chicanes et brasero. La fête est quelque peu perturbée par la présence de deux camions de gendarmerie restés en retrait dans un chemin attenant, qui appellent leurs collègues en renfort et finissent par balancer quelques lacrymos et grenades assourdissantes au Carrefour. Ce samedi matin alors que les cortèges se préparent à partir, plus de traces de gendarmes. Comme pour le 17 novembre on dirait qu’ils ont choisi de faire profil bas ou de faire comme si il n’y avait pas une occupation militaire quand les caméras débarquent. Il s’agit maintenant d’être attentif-ve-s à ce qu’ils ne reviennent pas dès lundi et à ce qu’ils nous lâchent définitivement les basques.

Au départ de la manifestation « sème ta zad », la surprise est moins agréable puisqu’il pleut généreusement. Le printemps a décidé paresseusement d’attendre un jour de plus pour s’installer. Malgré ce léger désagrément, pas mal de monde arrive petit à petit fourche, pioche, pelle en main… A l’est, à la sortie de la Paquelais, des tracteurs s’installent avec des bennes de fumier ou des outils, plants et matériaux déposés par les manifestants. Radio klaxon commence à rediffuser en direct sur les enceintes des sons de la manifestation, de la disco ou de vieux chants révolutionnaires…Une batukada de bidons, de bric et de broc s’installe en tête, derrière une banderole « sème ta zad – cultiver, occuper, résister », une tête de « tanouki » masqué et entonne une chanson de geste hypnotisante sur les hauts faits des mois passés. Le cortège s’enfile sur la d281. Pour ceux qui ne sont pas passés depuis quelques mois ou qui découvrent, c’est un moment un peu surréaliste. Cette route qui en octobre était quoitidiennemement asphyxiée par un millier de policiers est devenue le cauchemar de tout aménageur du territoire. On y découvre une architecture défensive et sauvage : barricades et chicanes, tour de guets et barraques posées au milieu du bitume, pneux, palettes et panneaux de circulation détournés de leur usage règlementaire. La DDE en mode zad oblige tout un chacun à zigzaguer et ralentir un brin mais ça passe. Tout au long du parcours, des panneaux et chemins protégés indiquent l’accès à diverses cabanes. Quelques grandes plaques de bois commémoratives rappellent la bataille du sabot, ferme maraîchère occupée dans une manifestation similaire en 2011 et détruite en octobre. Quelques dizaines de minutes plus tard, la manifestation arrivent sur les ruines des planchettes, ancien lieu d’acceuil et d’organisation collective. La pluie est toujours là mais on doit être maintenant un bon millier.

Sur le cortège ouest, le départ a pris un peu plus de temps. 5 voitures de gendarmerie attendaient les premiers arrivés aux Ardillères. Ils se mettent à fuir à l’arrivée d’un bouc, essaient de se remettre un peu plus loin sur le carrefour mais en sont empêchés. Aujourd’hui, c’est nous qui leur bloquons la route et les obligeons à contourner. Qui aurait pu résister de toute façon à une troupe emmenée par des banderoles annonçant ’jacquerie ! », « nul terre sans guerre » ou encore « vinci dégage, la terre on la partage », ainsi que par les chants tonitruants des Aveyronnais venus construire une cabane sur les terres de saint-jean du tertre . A l’arrivée au hameau du Liminbout, un panneau « village en résistance », une grosse pause collective à la buvette pour franchir la dernière ligne droite et se retrouver un millier à la Ferme de Bellevue, occupée en février par le collectif « Copain »* – regroupement d’organisations agricoles en lutte contre l’aéroport.

Les deux manifestations se terminent par des prises de parole de l’assemblée paysanne qui a initié « sème ta zad » et de COPAIN. Une déclaration de solidarité avec la lutte à Notre Dame des Lande envoyée par la coordination des mouvements paysans indiens est lue, d’autres invitent à venir occuper des terres agricoles menacées par un projet routier le 27 avril à Avignon. Nul besoin de rappeler trop longtemps que, plus qu’une manifestation de masse, l’objectif de cette journée est cette fois de permettre un moment d’action collective et de chantier participatif : des petits groupes s’éparpillent rapidement une carte à la main sur les différents nouveaux projets agricoles en gestation sur la zone. Des bétaillères font la navette jusqu’à saint-jean du tertre au rythme d’une bourrée, d’autres partent explorer à pied. Malgré la pluie qui continue l’ambiance est au partage et aux sourires. Certains chantiers ont dû être reportés mais ça bosse dans tous les sens : cassage de bois et isolation de la Vache rit, montage de buttes, plantation de fraisiers et patates aux Cent noms, couverture et montage de serre au potager rouge et noir ou a la Wardine, drainage et préparation des sols pour acceuillir des petits fruits et légumes à la Bellich’ ou au Sabot, réhabilitation d’une baraque abandonnée à Saint jean du tertre en attendant qu’il fasse un peu plus sec pour démarrer les cultures de blé ou les plantations de vigne, phyto-épuration aux cent noms ou au Gourbi, cuisson de pain à Bellevue, nettoyage de chemins et fossés et création de chemins pour ne pas abîmer les champs et éviter la police. Dès que la fatigue, la faim ou l’humidité se font trop sentir, un tas de cantines et buvettes dispersées sur la zone proposent de grandes assiettes de légumes, des crêpes et autres dégustation de vins et fromages… Et puis il est toujours possible de se poser pour des discussions sur les semences, des atelier sur les plantes médicinales, des états des lieux de la lutte ou pour regarder des photos sur les expulsions au dôme « bowl y wood ». Pour beaucoup c’est aussi un moment pour re-découvrir la zones, les barricades et sigmates des batailles, la beauté du bocage et toutes les nouveaux habitats construits ces derniers mois. Certain-e-s rêvent déjà d’organiser une journée mensuelle « Sème ta zad » avec des chantiers ouverts réguliers. En attendant il est possible de revenir demain et les jours prochains, en plein soleil pour continuer les chantiers initiés aujourd’hui. Il est déjà tard et temps d’aller danser au Fest noz ou sur quelques bon vinyls. La journée d’aujourd’hui l’a encore prouvée, dans quelques mois ou quelques années, si ils tentent de nouveau de faire passer l’aéroport en force, nous serons encore plus nombreux et déterminés.

Sorry, récit tardif et vite fait – Plus d’images demain.

Des participant-e-s à « Sème ta zad! »

À suivre…

De Zone à Défendre

Sur Médiacoop: « SÈME TA ZAD! »: à Notre-Dame-des-Landes, les zadistes recultivent les terres