Archive pour juillet, 2012

1er au 10 août 2012 – Appel pour des actions de propagande contre la répression

Posted in Actions, Appel with tags , , , , , , , , , , , , on 2012/07/28 by anabraxas

De Contra Info

Nous lançons un appel pour dix jours d’actions de propagande dans autant d’endroits possibles avec pour but de promouvoir des luttes plus ou moins connues, ou même complètement inconnues pour beaucoup. Les individus et/ou groupes qui souhaitent se joindre à ces dix jours d’actions choisiront la thématique et les moyens en accord avec leurs critères et dynamiques propres pour le renforcement de la solidarité internationale et réciproque entre les opprimé(e)s.

Nous suggérons surtout de prendre les rues, de peindre des slogans et d’accrocher des banderoles en solidarité avec les affaires dont nous pensons qu’il est important de faire entendre la voix. Nous l’avons fait à Athènes les derniers mois et vous l’avez sûrement fait aussi en plusieurs occasions. Malgré tout nous avons besoin de faire un pas en avant et de porter de telles actions simultanément à un niveau européen et, nous l’espérons, au-delà. Certains d’entre nous sont en Angleterre, Allemagne, France, Espagne, Serbie, Portugal, Grèce mais aussi en Amérique, par conséquent nous pouvons faire d’une simple action quelque chose de beau. Pour ceux qui se sentent seul(e)s là où ils vivent cela peut sembler ardu… Mais tout ce dont vous avez besoin c’est un drap, de la peinture ou une bombe et un site propice. Où que vous soyez, appelez vos ami(e)s et diffusez le mot.

Du 1er au 10 août nous pouvons accrocher des banderoles, coller des affiches et des flyers, écrire des slogans sur les murs, ou porter toute autre action qui encouragera la diffusion du discours anarchiste/libertaire au-delà des frontières du langage étatique. Nous sommes donc dans l’attente de recevoir et disséminer des photos et/ou des matériaux écrits des actions de camarades, où qu’ils-elles soient.

Début août nous coordonnerons nos efforts et lèverons nos têtes haut contre la répression et la société des prisons, contre les États et leurs frontières, contre le Capital et ses profits. Nous pouvons être nombreux-euses; nous pouvons être partout.

Vers une guérilla de l’information…
Réseau de traduction et de contre-information Contrainfo.espiv.net

Beau comme une banlieue qui brûle!

Posted in Actions, Reportages with tags , , , , , , , on 2012/07/23 by anabraxas

 Incendie criminel à Bromont : des « jeunes » pourraient être en cause

10 Juin 2012

(Bromont) Un incendie criminel a complètement détruit un jumelé en construction hier à Bromont vers 19h. Aucune personne n’a été blessée par le brasier. Plusieurs témoins rapportent avoir vu de jeunes adultes quitter les lieux en courant quelques instants après le début du sinistre.

À l’arrivée des pompiers, une épaisse fumée se dégageait déjà de l’immeuble en construction du quartier résidentiel Le Carré des Pins. Selon les premiers témoins, le feu aurait pris dans la corniche. L’enquête devra néanmoins confirmer l’endroit exact où les flammes ont pris naissance.

«Nous avons reçu un appel pour en embrasement généralisé à 18h58. Une vingtaine de pompiers ont été nécessaires pour combattre l’incendie. Pour le moment, c’est sous enquête et le dossier a été transmis à la police», dit Louis-Philippe Éthier, directeur du service de sécurité incendie de Bromont.

Tout laisse croire à une cause criminelle dans cette affaire, puisque le jumelé n’était toujours pas branché au réseau d’Hydro-Québec. «Ça fait quatre fois qu’ils (les jeunes) rentrent dans la demeure depuis que nous l’avons commencée. C’est un de mes amis qui m’a téléphoné pour me dire que tout était pris en feu», fait savoir Louis Paré, l’entrepreneur en charge de la construction.

Le jumelé, d’une valeur estimée à 450 000$, était complété à 80%. Une partie de celui-ci s’est effondrée tellement les flammes étaient intenses. «Pour le moment, nous n’avons pas procédé à des arrestations. Demain matin, les enquêteurs spécialisés de la Sûreté du Québec vont venir sur place pour investiguer les lieux», dit Stéphane Bazinet de la police de Bromont

Une photo des suspects fournie par la Police. Méfiez-vous… ils sont partout!

 

Source: leur presse

The invisible hand of the markets, too, is an iron hand

Posted in Appel, Réflexions, Reportages with tags , , , , , , , , , , , , , on 2012/07/18 by anabraxas

Syria? No, Italy!

“Despite everything, brother, I really hoped I would hear you smile tonight…on the contrary…it wasn’t enough that they judged your murder a lawful murder. After 11 years, they still wanted some more lives. And not the lives of those who murdered, tortured, battered, or the lives of those who ordered the beatings and covered them up. Once again, they’ve taken the lives of our comrades, of our brothers and sisters. They called a few broken windows “devastation and looting”; some of those windows – maybe – broken by the Genoa defendants. They called the coma, the broken bones and teeth, the blood, the tortures and the threats “false evidence” – all of those caused by the same police forces they didn’t even want to identify. They judged it was all legitimate: the hole the bullet made in your head, the devastation the defender made on your body, the wound a rock made on your forehead, while you were lying on the ground among dozens of boots, when your heart still screamed. They judged it was legitimate to loot your life, and today the looting of more lives”.

– Elena Giuliani, Carlo’s sister

Genoa 2001: two of the activists sentenced last week are untraceable

Francesco Puglisi and Vincenzo Vecchi, the two of the’Genoa 10′ to receive the most severe sentences for crimes of “devastation and looting” – 15 and 13 years – are untraceable since Sunday, the same day Genoa’s Supreme Tribunal ordered them to be incarcerated.

Another two, Alberto Funaro and Marina Cugnaschi, were immediately imprisoned. Ines Morasca, sentenced to 6 years and 6 months, had her prison sentence suspended due to parental duties (she has a very young child). The remaining five, as mentioned in my previous article, have been granted right to appeal against some of the charges and will have to find evidence that they carried out crimes of “devastation and looting” as a result of the influence of the ‘mob mentality’ around them.

Over the last few decades a new “political culture”, by some portrayed as “progressive”, has made its way into Italy. Its mottoes and slogans are banal and conservative: “defend legality”, “act within the law”, etc. Various political groups and parties claim that only people without any conviction have the right to get involved in politics and be given public offices. According to this “culture”, our comrades who have been recently sentenced should be forever kept away from social and political movements…?! How can the same twisted minds be in favour of changing the rules and at the same time have respect for those same rules that need to be changed?! The recent victims of State repression fought to change the “law”, and in doing so expressed the foremost and highest of all “public” rights, that of free expression. Why should they now be expelled from the political life? Should Aung San Suu Kyi have been prevented from running for the elections just because the State she lives in had labelled her as “illegal” and imprisoned her for years?

During Berlusconi’s government, and with the complacency of current Prime Minister Monti, several important laws relating to money-laundering, working rights, etc, were abolished. Just because someone decided they weren’t “legal” anymore. During the Fascist regime, the abhorrent racial laws were classed as “legal”. This fetishisation of the law needs to be looked at from a fresh perspective; only then can we see it: law and justice never correspond. Actually, the first is often a negation of the latter.

Solidarity for the fugitives and the « illegals »

*   *   *

Addresses to write to Alberto Funaro and Marina Cugnaschi:

Alberto Funaro
c/o Casa circondariale di Rebibbia
Via Raffaele Majetti 70
00156 Roma

Marina Cugnaschi
c/o Casa Circondariale San Vittore
Piazza Filangieri 2
20123 Milano

Verdict for the Genoa 10: guilty!

source: Italy calling

And you thought logging on Native Land was over?

Posted in Actions, Appel, Reportages with tags , , , , , , , , , , , , on 2012/07/17 by anabraxas

Les Algonquins  de Barriere Lake se soulèvent pour défendre leurs terres contre une nouvelle vague de coupe à blanc

Charest government allows logging by Resolute Forest Products in violation of Agreement, as supporters prepare casserole demo in Montreal

July 16, Poigan Bay, QC – As the standoff between the Algonquin community of Barriere Lake, QC, and Resolute Forest Products (formerly known as Abitibi-Bowater) enters its thirteenth day, members of the Algonquin community are moving their protest camp site closer to logging operations to prevent further cutting.

Algonquin families have camped alongside the road where logging has been destroying the community’s sacred sites and moose habitat, and have succeeded in periodically stopping the cutting. Quebec police, including a riot squad from Montreal, have escorted the loggers and maintained a large presence, issuing threats of arrest to community members.

The Montreal-based multi-national company’s operations have been licensed by the Charest government without the Algonquin community’s consent or consultation, and in violation of the Trilateral Agreement the Quebec government signed with Barriere Lake in 1991.

“I was not properly consulted nor did I provide consent to this logging within our territory,” said Algonquin elder Gabriel Wawatie, whose family territory is being clear-cut, in a letter last week to Premier Charest and the Quebec Ministry of Natural Resources that has not been responded to by the Liberal government.

« The Charest government has acted in bad faith, giving this company the go-ahead to log while they ignore their signed agreements with our community, » said Norman Matchewan, a community spokesperson. « It has left us with no choice but to try to stop forestry operations. We have been waiting 20 years for the Quebec government to honour it. »

Barriere Lake wants Quebec to honour the Trilateral agreement, a landmark sustainable development agreement praised by the United Nations. The Charest government has also ignored the formal recommendations of two former Quebec Liberal Cabinet Ministers, Quebec representative John Ciaccia and Barriere Lake representative Clifford Lincoln, that the agreement be implemented. The agreement is intended to allow logging to continue while protecting the Algonquins’ way of life and giving them a $1.5 million share of the $100 million in resource revenue that comes out of their territory every year.

A casserole demonstration in support of the Algonquins of Barriere Lake has been called for this Wednesday (July 18th) at 11:30am, at the Resolute headquarters in Montreal.

IPSMO coverage of the ongoing actions at Barriere Lake

Barriere lake Solidarity

Le développement, maintenant à coups de fusils!

Posted in Actions, Appel, Reportages with tags , , , , , , , , , , , , on 2012/07/14 by anabraxas

Retour sur le week-end de résistance du Chefresne

 

Derrière l’urgence, la bêtise…

Laisser place à la fragilité ou tout détruire.

Je me suis fait tirée dessus par un flic.

J’ai 15 impacts de métal dans le corps et ils y resteront ; la jambe, l’os du genoux, le vagin, le sein, le bras. Le nerf de mon bras droit a été sectionné, on a du opérer. Dans un an peut être je retrouverai ses capacités.

J’écris pour qu’”on” ne puisse pas dire qu’”on” ne savait pas. Qui veut savoir sait.

J’écris pour qu’on arrête de nous censurer, frapper, enfermer, tuer derrière une soit disant démocratie et un soit disant état de droit.

J’écris parce que je n’en peux plus qu’on renvoie les violences aux pays lointains et pauvres en se décharge lâchement des questions révolutionnaires qui se posent en Tunisie, en Lybie, en Égypte, en Syrie … disant qu’en France c’est pas la même, qu’en France c’est différent, et même pire…

Écrire parce qu’à 20 ans j’ai subie, vu et entendu trop de violences policières derrière des vitrines de mensonges et de propagande marchande.

Écrire parce qu’il m’est insupportable de sentir cette boule d’angoisse dans mon ventre quand je croise un flic, et ce brouillard de solitude et d’impuissance face au système policier.

Écrire faute hurler que ça ne peut plus durer, et de prendre acte.

Écrire parce que la liberté dans la civilisation occidentale est un mensonges meurtrier.

Écrire parce qu’il y a trop de silences et de mensonges sur la répression, sur nos luttes, sur les dangers du nucléaire, entre autre, sur la violence du système.

Cette fois-ci, ça s’est passé au Chefresne, une commune qui résiste à l’implantation d’une ligne très haute tension de 170 km de long (cette ligne participe à la création d’un gigantesque réseau de circulation d’information mondial, avec non seulement vente d’électricité mais aussi contrôle des populations et automatisation de leurs échanges avec l’administration centrale. Le courant électrique sera produit par des éoliennes en mer du Nord, par des centrales nucléaires comme l’EPR de Flamanville, mais aussi mécaniquement par les trois réacteurs de Tricastin qui sont maintenant libérés de l’alimentation électrique de l’usine Eurodif qui a fermée ; antitht.noblogs.org/255).

Mais je porte en mois bien des blessés, bien des morts, bien des non dits, pas qu’en France, pas qu’ailleurs.

Je porte en moi des prisons pleines et je sais les impunités à répétions pour les bourreaux légitimes.

Amin Bentounsi a été assasiné le 21 avril par balle, dans le dos, et suite à ça des policiers manifestent armés, en uniforme, revendiquant le droit de tuer en prevention.

Depuis leur mise en services le flash ball, les grenades assourdissantes et celles de desenclerment ont fait beaucoup de blessés, des œils perdus, des plaies, des handicaps, des morts ; personne n’a gagné devant la justice.

Je sais des villes de plus en plus sécuritaires, un arsenal juridique de plus en plus liberticide, le perfectionnement du contrôle de la population en meme temps que celui des frontières.

J’écris parce que j’en ai marre qu’on me demmande si “ça va”. À ceux à qui j’ai dit “oui”, la politesse ou l’habitude.

Bref.

Nous nous sommes fait tirer dessus sous des pylones THT qui pullulent dans la campagne, dans un désastre mondial qui menace de péter à tout moment et dans lequel on nous voudraient civilisé, passif. Nous, à force, dépossédés de presque tout; de notre histoire, de son sens, du langage, de l’information, de nos corps, de nos désirs, de notre temps, de nos vies. Alors qu’on nous voudraient inoffensifs, craintifs, non violents, je ne veux pas qu’on me parle comme à “la malade”, qu’on m’infantilise, qu’on me plaigne. J’ai besoin qu’on prenne soin des uns des autres, pour durer, j’ai besoin qu’on riposte aussi. J’ai besoin, pour guérir, d’un système sans flics, sans pouvoir.

Oui, tenons compte des dégâts d’un fragment de guerre sociale explicite, de son lot de douleurs et de violence, mais n’abandonne pas, organisons nous. Ce qui ne tue pas rend plus fort parait-il, à condition de ne pas se mentir.

Vous voulez des détails ? Les mass-médias sont venus dans ma chambre d’hôpital avant l’opération. Un médecin généraliste, présent sur le camps, avait témoigné des violences policières et de l’utilisation d’armes de guerre (grenades de Dé-encerclement, grenade assourdissantes, gaz lacrymogène, matraque…) laissant de nombreux blessés. Il avait été formidable sur le camps mais là il arrivait géné ; les mouches à merde du pouvoir, autrement dit les journalistes, voulaient filmer les impacts de métal dans les corps pour diffuser le témoignage. Pas d’image, pas de parole, c’était leur chantage. Ils restèrent une heure dans la chambre, tentant de se défendre de la bassesse de leur journaux (voir les revues de presse sur : www.percysoustension.fr) et de leur démarche.

En voyant, sans surprise, ce qui en sort, un rectificatif s’impose.

L’avancée des travaux de la ligne rend plus qu’urgente et nécessaire une résistance concrète et de terminée sur les infrastructures.

“Il est maintenant évident et nécessaire, vu ce que nous imposent les pylônes dressés sur nos terres, que beaucoup de personnes sentent l’envie en eux d’agir directement contre ce maillon faible de l’industrie nucléaire vu l’inacceptable répression des opposants, les droits fondamentaux des personnes bafoués, les humiliations qu’inflige RTE à la population.” (extrait de l’appel Tous au Chefresne, wk de resistance ; www.stop-tht.org/)

Ces lignes participent à la dépossession de nos vies et s’imposent avec la même arrogance et le même fascisme que l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le tgv entre Lyon et Turin, la centrale à gaz au Finistère, les éco-quartiers dans nos villes gentrifiées ou encore que les prisons à visages humains, belle image de l’hypocrisie du merdier actuel.

Alors d’où vient la violence ?

On le sait et on peut s’en indigner après coups, mais il est important de le rappeller : les appels publiques de rencontres ou d’action entrainent inévitablement un énorme déploiement du dispositif policier : Occupation policière et militaire du territoire, contrôle et fouilles de ceux qui y passent, surveillance (hélicoptères, dispositif d’écoute), renforts entrainés au terrain (dans le cas du Chefresne, la spig, les garde mobile de Blain, entrainé sur la lutte de Notre-Dame-des-Landes). ILs étaient plus de 500 armés sous les pressions d’une préfecture traumatisée par Valognes (ou la perte de la maitrise d’un territoire).

Leur volonté semble claire : casser le mouvement, faire mal, physiquement et moralement.

Alors que les mass-media construisent méticuleusement la figure du dangereux radical qui veut en finir (avec on ne sait quoi) et qui vient de loin pour ça (figure menaçante et complètement dépolitisée), ils passent sous silence les luttes et la répression croissante qu’elles subissent. Un territoire qui résiste est souvent occupé militairement, comme on le voit au Chefresne, à Notre-Dame-des-Landes ou encore au Val de Suse ; Sur fond d’expropriation, d’expulsions se déroulent quotidiennement les pressions psychologiques, financières, judiciaires et policières. Derrière la soit disant liberté de penser : l’interdiction d’agir. On nous tanne d’être non violent sous une violence croissante.

Le 24 juin, une manifestation est partie vers le château d’eau, lieu de rencontres et de résistances, expulsé le mercredi 20 juin. Un autre cortège, dont je faisait partie, est allé en direction des pylônes (deux debout et un encore au sol). Il est difficile de dire s’il faut définitivement abandonner toute action de masse annoncée, si c’était un casse pipe d’aller à ce qui ne serait qu’affrontement anticipé par des flics mieux équipés, de se dire que la peur l’envie d’annuler était presente la veille et le matin et qu’elle était peut être sagesse. Il semble important de questionner nos mode de prise de descision dans des moments d’urgence et de “spectacle” comme celui-ci. “La marche pour l’honneur” mentionné dans un retour (lien ci dessus) laisse un triste arrière gout de ces armées de déja-vaincus avançant vers leur perte. Être transversales, imprévisibles, inattendus pour ne pas devoir devenir force militaire… Un ami me dit après coup “cette fois encore on est pas passé loin de la mort, un d’entre nous aurait pu y rester”.

Dans la campagne grise de gaz nous n’avions pas le rapport de force ou l’intelligence nécessaire pour ne pas se faire repousser assez rapidement et violemment vers le camp. On entendait des détonations, des cris et sur la dernière charge les regards que je croisais étaient effrayés ou souffrants. Les lignes de flics, en entendant “il y a des blessés, du calme” se sont mis a charger en gueulant et tirant. Après avoir eu l’impression de bruler, j’ai eu celle de perde mon bras, puis la peur qu’ils nous tirent dans le dos ou qu’ils arrêtent. Quelqu’un m’a saisit et m’a sortie de là.

La guerre civile est commencée.

À ceux qui disent que la guerre est finie, je leur dis qu’elle est latente, cachée, mais qu’on peut compter nos morts, pour ne pas les oublier. Un opposant est passé il y a quelque années sous un train castor qu’il a voulu bloquer en s’enchainant sur la voie. D’autres y ont laissé leur tendons, brulé par la disque use des flics qui voulaient les enlever, d’autres … la liste est incomplète. Combien de morts par le nucléaire, de Hiroshima à Fukushima en passant par ceux qu’on cache chez nous, combien de tonnes de déchets qui s’entassent, combien d’irradiés, et combien de faux débats démocratiques ?

Là, c’était une tente médic pleine de blessés. Tristement mais efficacement les gestes et les réflexes se mettent en place : soigner dans l’urgence, maitriser sa douleur et accompagner celle des autres, évacuer malgré les barrages de polices, éviter celui qui bloquaient l’accès à l’hopital de st Lo, attendre deseperement les pompiers bloqués, subir la réquisition d’un de leurs véhicules pour évacuer un policier égratigné au détriment d’une fille risquant de perdre la vue…

En arrivant à l’hopital, je raconte tous ça en montrant mon corps mutilé. On s’indigne, on s’énerve, on déplore dans le service hospitalier pas familier des violences policière de la France de 2012. Certains auraient voulu aller à la manifestation mais travaillaient, certains m’ont dit en levant le poing de continuer la lutte, d’autres n’en revenait pas, quelqu’un m’a dit “nous avons fait la guerre en Normandie, on sait ce que c’est”. J’ai au téléphone un responsable de l’accessibilité des soins de l’hôpital de st Lo (par rapport au barrage, deux fourgons et une lignes de garde mobile sur la route-sur la voie d’accès au CHU). Je répète, je dis que les pompiers n’arrivent pas à accéder au camp, il me répond qu’il fait ce qu’il peut. Il ajoute surtout qu’il reçoit, depuis le matin, des pressions de la préfecture pour avoir le nom et la nature des lésions des blessés du Chefresne. Il m’assure que le secret médical ne permet aucune fuite. Je lui dit de tenir face aux pressions et je le remercie pour cela.

Je serai transférée et opérée. Je vous passe les moments où, dans cette chambre, j’ai eu l’impression d’être en taule ou que j’ai craint l’arrivée des flics, les moments où l’étonnement des gens me donnait envie de leur dire mais ouvre les yeux et informe toi, l’inquiétude pour ceux resté au camps, l’envie de parler avec tous ceux qui ont vécu ce moment, l’envie de dire que je n’en veux qu’aux flics, l’envie de casser la télé ou d’occuper le plateau au moment des infos régionales…

Je sais juste qu’un moment me hante ; cette heure entière où, mon bras anesthésié dans la salle d’attente du bloc opératoire, je n’ai pu m’empêcher et m’arrêter de pleurer. Pas que mon bras, pas que ces éclats, pas que le stress, mais la détresse de se savoir partie prenante d’une guerre pacifiée et dont les raisons comme les conséquences ne resteront connus que d’un petit nombre de camarades, noyées dans une indifférence générale.

J’ai une grosse question dans la gorge, que faire maintenant par rapport à cette violence policière. Je sais que je n’ai rien à attendre de cette justice de classe sinon une tribune ou une médiatisation du problème. Et encore. Je la sais quotidienne cette violence. Je nous sais nombreux enragés. Je nous sais un peu seuls et démunis aussi.

Déjà j’en profite pour affirmer que ce n’est pas être violent que d’aller avec casque masque à gaz et protection en manifestation, c’est la condition de notre survie physique.

Ensuite qu’il nous faudra être plus intelligents que la police, que leur juges, que leur infiltrés, que leur système de contrôle.

Et pour finir que j’aimerai bien qu’on ne laisse pas faire parce que l’on sait, car “qui ça étonne encore”, les violences policières sont entrées dans la réalité et la banalité du politique.

Amal Bentounsi appelait à un mouvement national contre le permis de tuer pour la police, j’appelle à une insurrection internationale contre la police, ce qu’elle nous inflige, contre ce qu’elle défend, contre ceux à qui elle sert.

C’est facile d’écrire mais on ne sait jamais que ça soit lu.

À bientot.

Publié sur Juralib

Anti-THT blogue

Exemple d’exécution sommaire post-mortem par les médias, ou comment les flics des médias réacs tuent l’image d’un assassiné. Ils ont même forcé l’annulation de la marche funéraire