Archives de avril, 2012

« Charter cities »: new corporate jargon… for same old colonization

Posted in Reportages with tags , , , , , , , , , on 2012/04/29 by anabraxas

Charter Cities in Honduras: A Proposal to Expand Canadian Colonialism

from Dawn, at Vancouver Mediacoop

The Globe and Mail really outdid themselves today. With the help of a writer named Jeremy Torobin, they took their journalism to the level of the commentary they once specialized in courtesy of Christy Blatchford (who is now at the National Post).

The article in question is called « How ‘charter cities’ could lift the global economy. » Hint: replace « charter city » with « colony » and you’re 99 per cent of the way to understanding the concept.

Torobin relies on a report by the Macdonald Laurier Institute (MLI), a 16-page document filled with sweeping generalizations and assertions, backed up by 10 piddly footnotes. But don’t worry, because as Torobin deftly points out:

The authors back up their arguments with research, such as a statistic that people who move to places with better rules than in the ones they’ve left behind can earn wages which are three to seven times higher.

Whoa, wait a sec, hang on… They back their arguments up with research and a statistic!? ZOMG.

Upon closer inspection, the report isn’t peer reviewed, and a disclaimer from MLI assures readers that the authors have worked independently and are solely responsible for the content. Oh, and the authors are both involved in a « non-profit » pushing the idea of new urban colonies (ahem, charter cities) all around the world.

Doesn’t stop Torobin from presenting the conclusions in the report, which he calls « intriguing, » as fact. He writes:

Prof. Romer was in Ottawa Wednesday pushing his concept of “charter cities,” essentially locales created from scratch in the developing world where reform-minded people could migrate and be governed under a broad set of evenly applied rules that, in theory, could remake norms across the country. If it worked, the “political risk” that is the chief impediment to foreign investment in so many poor countries would be significantly reduced, paving the way for money to pour in. Also, in theory, similar charter cities would start to pop up as people see what’s gone on in the first one and want to replicate it. Eventually, entire regions could be adopting new rules and norms established in the initial charter cities, dramatically improving the quality of more and more people’s lives.

Yes, that’s right. One urban colony (charter city) at at time, entire countries could be re-made into urban oases based on rules and foreign direct investment. But wait, it gets better.

According to Paul Romer and his pal Brandon Fuller, the NYU urbanization academics and colony boosters who penned the report, Canada is especially well suited to run a new colony, ahem, charter city in Honduras. The idea has been approved by Honduras’ congress (which, it is worth remembering, came about via illegitimate elections following a coup d’etat in 2009), and is known there as a « special economic region » or RED. Back to the report:

The RCMP, perhaps in partnership with another respected policing authority such as the Carabineros de Chile, could greatly enhance security and quality of life in the RED by establishing a presence in the zone – training police officers and holding officers accountable for modern standards of service and conduct in policing.

An example of "dysfunctional systems of rules and enforcement that keep people from reaching their true potential", amiright, MLI?

Yea, you read that right. Sorry if you just lost your lunch. The idea here is to bring in two national police forces whose origins are in the decimation and repression of Indigenous peoples and put them to work in a new colony.

I can’t bring myself to go into more detail about this pathetically colonial initiative. It’s all there. Read the report yourself (if you have the urge to get angry and scoff at the same time).

As for the Globe’s pitiful attempt at « journalism » on this one, after following along on this colonial fairy tale Torobin takes the time to note « Cynics might dismiss the whole concept as a starry-eyed mix of idealism, paternalism, even imperialism. » True to the tradition of Blatchfordian-Canadian-colonialist journalism, he doesn’t appear to have spoken to a critic, or even played devil’s advocate for a moment to understand what could possibly be wrong with this proposal.

I think it could be argued that this initiative has more to do with controlling migration and resistance movements than anything else. Miriam Miranda, a Garifuna leader, said recently of RED that « it is difficult to get information, but it is evident that we’re faced with the maximum expression of the loss of sovereignty. »

I look foward to more critical analysis of this proposal, but I have no illusions of finding it in the mainstream media. After all, it is already clear the old media dinosaurs want us all to go extinct along with them.

From the same source article:

(…) the biggest obstacle to growth and development in the world is not a shortage of money, but rather poorly functioning institutions, such as the police, the courts and public administration, or what the authors call “the dysfunctional systems of rules and enforcement that keep people from reaching their true potential.”

The charter city concept circumvents dysfunctional systems of rules by allowing a city to operate independently under a new system of rules in a reform zone.

How « charter cities » could transform the developping world

Interview with Honduras Indigenous leader Salvador Zuniga

Honduras is burning: an eyewitness report

Plan Mort: de la grève de la C.L.A.S.S.E. à la guerre de classes

Posted in Actions, Reportages with tags , , , , , , , , , , on 2012/04/24 by anabraxas

Bref reportage de l’intérieur sur l’émeute du 20 avril contre le Plan Nord

Ça a largement été une superbe journée de lutte, même si elle n’a peut-être pas été complètement victorieuse. Dès le premier moment, ça se sentait que cette jour allait être le nôtre, tout comme le mien… et ça paraissait jusque dans les black blocs chantant et rigolant dans la sérénité alors qu’ils-elles mettaient leur attirail. L’esprit de la Terre autochtone nous animait; harmonieux-euses, même dans notre détermination à semer le désordre.

Et grâce à l’incompétence de la Police fasciste de Montréal (le (S)SPVM étant surtout efficace à se mettre à plusieurs sur des individus, des gens de la rue) et au nihilo-capitalisme indifférent de l’élite politique, cette manifestation du 20 avril contre le Plan Nord corporatiste, gigantesque plan de développement visant à dérober et violer environ 70% de la Nature dans le Grand Nord -surtout par l’industrie minière et le développement hydroélectrique- a tourné au vinaigre, celui qui fermentait, depuis un bon bout déjà, au fond d’un tas d’étudiants et radicaux confondus.

Passant en mode sabotage et combat de rue dans une zone reconnue comme un haut-lieu de gentrification et de pacification (le quartier diplomatique-financier, pris dans le creux allant de Saint-Laurent jusqu’à Peel) , les manifestant(e)s d’allégeances diverses ont envahi les rues ensemble et ont tourné l’ouverture du “Salon du Plan Nord” au Palais des Congrès en un microcosme de la guerre de classes, contre la plus grosse et la plus violente poussée vers une nouvelle vague de colonisation de l’Île de la Tortue depuis longtemps. Ça a montré à quel point l’opposition au développement industriel corporatif est devenue grande et forte.

(Par ailleurs, cette manifestation a aussi été doublée d’une tentative d’action contre un discours du Ministre de l’Immigration Jason Kenney , un suprémaciste blanc du gouvernement Harper, au Marriot Hotel, dans la défense de la nouvelle Loi C-31, visant à restreindre encore plus les possibilités pour les réfugiés, en particulier les Roms, d’avoir leur statut légal reconnu par le gouvernement fédéral. Alors qu’actuellement des milliers de Roms sont la cible de progroms racistes et de détentions en camps de travail sous le gouvernement néo-Nazi Hongrois, ça constitue un équivalent direct aux politiques d’immigration restrictives de la plupart des démocraties Occidentales durant la Seconde Guerre mondiale, qui ont facilité l’Holocauste.)

Ça finit enfin par péter…

Dehors, des combats ont pris place entre les forces de Police et les émeutiers, allant dans un va-et-vient successif, où les manifestants ont fait usage à profusion de l’infâme tactique black bloc de la “dispersion pour se regrouper ailleurs”, produisant alors une bataille intense et une machine à destruction massive de l’ordre qui s’étenda sur une bonne partie de l’après-midi. Ça commença par la destruction totale d’une des entrées principales du Palais, par des bombes de peinture et des pierres, juste après qu’un(e) manifestant(e) se fit tirer un coup de bombonne de gaz CS au visage (à environ un mètre de distance), où la Police dû entrer se réfugier à l’intérieur pendant un bon moment.

Entretemps, des manifestants purent se faufiler à l’intérieur du gigantesque bâtiment futuriste aseptisé, par une porte de service, et se rendirent non loin de l’endroit où la conférence se tenait, mais furent repoussés à la dernière minute par des flics anti-émeute. La bataille, à l’intérieur comme à l’extérieur, a réussit à retarder l’élocution du Premier Ministre Charest, alors qu’ils fut aussi contraint de laisser tomber la séance de photos d’ouverture.

Puis, alors que la bataille continuait de se répandre dans les environs du Palais, les facades de nombreux bureaux et commerces desservant l’élite capitaliste furent saccagées, incluant le Centre de Commerce Mondial, avec ses facades successivement passées au graffiti (un “A » rouge fut d’ailleurs peint sur le logo du “W” à l’entrée face au QG de l’IATA et à la Bourse de Montréal, avec “Plan Mort” à côté) puis au cassage de vitres. Mais pour mettre un peu de côté un peu le pouffage de rire, je tiens quand même à rappeller qu’un certain nombre manifestant(e)s ont été gazés et violentés, quelques dizaines arrêté(e)s; mais aussi quelques flics ont été blessés dans les batailles de rue, qui a tourné à un certain point dans une pluie de roches, morceaux de pavé et n’importe quoi d’autre d’assez pertinent pour être lancé contre la Police violente, mais visiblement apeurée.

Face au déchaînement de la colère -en premier verbale et plus physique par la suite- de plusieurs manifestants, aussi face à leur nombre surprenant (je dirais deux mille, environ), la Police s’enlisa dans la désorganisation, avec quelques drôles scènes d’agents se faisant encercler, alors que la peur généralisée était palpable dans leurs rangs, particulièrement alors que des poches d’émeutiers foutaient le désordre à plusieurs endroits en même temps. Ils ne furant pas que soudainement débordés, mais perdaient aussi la face en tant qu’“épouvantails du peuple”, surtout dans la tête des gens, alors que de plus en plus de passant(e)s se rassemblaient aussi pour se joindre à “l’indignation” alors qu’ils furent traités de la même manière que les manifestants. Plus ou moins cette même sorte de gens que les profiteurs/promoteurs corporatifs à l’intérieur tentaient d’acheter par une grosse carotte vide, faite de belles promesses, ce même prolétariat de toujours plus frustré se faisait maintenant imposer l’argument répressif, primitif, écervelé du bâton. Or il semble qu’il y a de plus en plus de gens qui ne laissent pas embobiner par ça.

Bizarrement, alors que la bataille de rue continuait de se dérouler entre les murs du centre financier du centre-ville, les cris et les flashbangs étaient étouffées, à quelques rues plus loin, par le bruit du flot ordinaire du trafic, avec seulement les hélicoptères de la Police qui tournaient au-dessus des passants comme des oiseaux de proie, comme faible signal que quelque chose de “gros” se passait quelque part, s’ajoutant à cela les dépèches à la radio d’un total chaos prenant place au Palais des Congrès… le genre de chose dont des prolos ne rêveraient que dans leurs rêves les plus juteux. Peut-être attendaient-ils-elles qu’une bande de black blocs sorte de nulle part et leur montre le chemin pour se libérer de leur esclavage quotidien?

Il y eut un autre jour de manifestation, beaucoup plus calme, contre le Salon le lendemain, ainsi qu’une grosse marche symbolique pour célébrer le Jour de la Terre, où les femmes Innu de la Côte-Nord furent aceuillies après leur longue marche tout au long de la route 138 en protestation contre l’invasion de leur territoire par Hydro-Québec dans la complicité des “hommes d’affaires” de leur Conseil de bande. Pour des reportages vidéo de tous les événements, tout comme des autres manifestations étudiants, on vous invite à aller sur CUTV Montreal.

Pour la libération de la Terre… dans la rue!

Pour un article plus complet sur l’émeute du 20/04, voir: « Plan Mort – Émeute dans le centre financier de Montréal… » , avec toute la porno d’émeutes, sur Sabotagemedia

À lire aussi: Le sens de l’humour de Jean Charest sur « Chercher des poux »

Montreal, April 20th: from student strike to class war?

Posted in Actions, Média, Reportages with tags , , , , , , , , , , on 2012/04/21 by anabraxas

A brief insider’s report on the April 20th Plan Nord protest

This was overall a great day of fighting, even though it wasn’t all victorious. From the very first moments, it could be felt that we were set to totally seize the day, and this was showing in black blocs serenely chanting and joking as they were dressing/gearing up. The Native spirit of the Earth was in us; harmonious, even in our drive towards disorder.

All thanks to the incompetence of Montreal’s fascist police force (only efficient at ganging up on individual street people) and the careless, mindless nihilo-capitalism of the political establishment, this April 20th’s protest against the corporate Plan Nord, a huge development plan aiming at robbing and raping roughly 70% of the Great North’s wilderness -through mining and hydroelectric development, mainly- has turned into the havoc that tons of student strikers and radicals alike were waiting for, deep inside.

(As a side note, the protest was also doubled with an attempt at an action against a speech by the white supremacist Minister of Immigration Jason Kinney at the Marriott Hotel, in his defense of the new Bill C-31, aimed at further restricting the possibility for refugees, especially Roma, at gaining a political refugee status. As thousands of Roma are currently being targeted by racist pogroms and labor camps under Hungary’s neonazi regime, this is a direct equivalent to the restrictive immigration policies of most Western democracies during World War 2, which facilitated the Holocaust.)

Sabotaging and street-fighting among what it’s been a high-place of urban gentrification and pacification, the protesters of many different allegiances stormed the streets together and turned the opening of the Plan Nord conference at the Palais des Congrès into a microcosm of the ongoing class war, up against capitalism’s biggest, most violent push towards a new wave of colonization of Turtle Island’s land. This indicated how  widespread and strong the awareness and opposition to corporate industrial development has grown

Shit finally hits the fan

Outside, battles have taken place between Police forces and rioters, successively going back and forth, where protesters made and extensive use of the (in)famous black bloc tactic of the « disperse and regroup later », thus creating a tense fight and machine of mass destruction of order for the whole afternoon. It started with the total destruction of one of the main entrances of the Palais, by massive paint-bombing and throwing of rocks, where the police took cover for a while, same place where they’d first started the fight by shooting a protester right in the face with a CS canister gun.

In the meantime, some protesters were able to slip inside the gigantic, futuristic, bleached out, building of the Palais to get near the place where the conference was happening, but were pushed back at the last minute by riot cops. The battle inside and outside has succeeded to delay PM Jean Charest’s speech for about 45 minutes and he was forced to skip the promo photo shots at the beginning.

Then as the fights spread, fronts of many offices and businesses for the rich elite in the area were rampaged, including the World Trade Center building, with its facade being successively spray-painted (a red « A » was sprayed right on the « W » logo at the main entrance, with « Plan Mort » next to it) and then windows-smashed. Gloating aside, there were several arrests (authorities report only a dozen, while student/activist orgs are reporting a few dozens), a few protesters got shot with tear gas cannons  and beaten by goons, but a few cops were also injured in the scuffles, that turned at some point into a storm of thrown rocks, pieces of pavement and whatever was found relevant to be thrown at the violent, yet scared police.

In the face of the savage fury -first verbal and then more physical- of many protesters, the disorganization of the police troops grew rampant, while generalized fear could be clearly observed among their ranks, especially as different swarms of protesters were smashing order at many places at the same time. They were not just suddenly overwhelmed, but losing their faces as the « scarecrows », especially into people’s minds, just as more and more ordinary pedestrians were massing around and being treated just like the rest of the protesters. About the same kind of people to whom these corporate promoters/profiteers inside were trying to hand out a big, empty, carrot of promises, the increasingly frustrated proletariat was now being imposed the primitive, repressive, mind-warped argument of the stick. But so it seems, there are more and more people not buying into this one.

Attack on the World Trade Center: this time it wasn't a false flag, but a black flag!

Strangely, as the street battle was still unfolding between the walls of the financial center of downtown, screams and flash grenades being muffled out by the ordinary traffic noise, non-life was still relatively flowing as usual elsewhere in the area, with only the helicopters from the provincial police preying above like vultures as a faint signal of « something big » happening somewhere, added by the war-like radio reports of total mayhem happening at the Palais des Congrès… stuff that only proles would dream of in their wildest dreams. Perhaps they’re just waiting for a bunch of black blocs to show up and show them the way to liberation from their slavery?

There is another day of protest today against the Salon du Plan Nord, and huge (symbolic?) marches are set to be held, tomorrow, for Earth Day, so more updates may be flowing in soon, here and elsewhere. For live video coverage of the events, like the other student protests, have a look at CUTV Montreal.

For the liberation of the Earth… in the streets!

translated from an insider’s report

See also:

Riots and Street Battles in Montreal’s Financial District during the Plan Nord Job Fair (more in-depth report by Sabotagemedia, with more pics and vids)


20-21 avril: Manif contre le Plan Nord… Perturbons leur Salon!

Posted in Actions, Appel with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 2012/04/18 by anabraxas

Perturbons leur Salon : manifestation contre le Plan Nord

Manifestation : 11h30, Vendredi 20 avril, Carré Phillips (métro McGill)
Rassemblement festif : 13h30, 20 avril, Palais des Congrès (métro Place d’armes)
À l’occasion du Salon de l’emploi du Plan Nord au Palais des congrès

« Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas »
– repris par Samian citant Sitting Bull

Ce printemps, les grands capitalistes se rencontrent partout à travers le Québec pour promouvoir l’écocide des espaces nordiques et poursuivre la colonisation des terres des peuples autochtones. Le Plan Nord en est un bon exemple. Le Plan Nord est un plan de promotion d’un développement industriel dans lequel le gouvernement s’engage à rendre disponible les infrastructures pour une nouvelle offensive d’exploitation des ressources naturelles au nord du 49e parallèle.
Salon de l’emploi : Du 20 au 21 avril, ce seront les représentantEs des mines, de l’industrie forestière, de l’État et leurs complices qui seront réuniEs afin de promouvoir le Plan Nord dans leur seul intérêt financier. Aux problèmes de destruction environnementale (ex. 300 mines à ciel ouvert déjà à l’abandon, le détournement et l’assèchement des rivières, perte de la biodiversité) s’ajoutent des problèmes sociaux (ex. augmentation du coût de la vie, contrainte au mode vie occidentale et à son économie de marché, destruction du tissu social).

Après avoir réprimé le blocage de la 138 des InnuEs de Uashat Mak Mani-Utenam le mois dernier, l’État continue de protéger les activités criminelles des entreprises minières, forestières et d’Hydro-Québec.

Peu importe que l’argent aille dans les coffres de l’État québécois, canadien ou des transnationales, ce Plan Nord nous menace en tant que parties du vivant. Le Plan Nord n’est que la continuité du plan de colonisation et de civilisation qui existe depuis l’arrivée des premiers conquérants européens et qui s’est accéléré depuis les 60 dernières années.

En solidarité avec toutes les communautés (et individus?) en résistance au modèle de développement qui leur est imposé, au Nord comme au Sud, nous appuyons activement toutes les communautés qui ont choisi de s’y opposer, des InnuEs du Nitassinan, aux opposantEs CriEs ainsi qu’à toutes/tous les membres en combat des autres nations. Avec eux/elles, pour notre terre, nous sommes la résistance.

Parce qu’en détruisant le vivant, nous nous détruisons nous-mêmes. Bloquons le Plan Nord !

– Le comité organisateur du 20 avril

Groupes qui endossent cet appel jusqu’à maintenant:

Comité Anti-Colonial
Projet Accompagnement Solidarité Colombie
Collectif Contre la civilisation
La Mauvaise Herbe

…et Antidev

(..mais on est pas un « groupe »!)

Source

Recueil de textes contre le Plan Nord,par Diffusion la Mitrailleuse

29 mars: la grève générale met Barcelone en feu

Posted in Actions, Reportages with tags , , , , , on 2012/04/06 by anabraxas

Compilation d’articles parus sur Juralib, Sabotagedia et Rebellyon

Barcelone, 29 mars: fin de la paix sociale?

Dans un contexte social déjà tendu, entre coupes budgétaires et chômage massif, le gouvernement espagnol du Parti Populaire lance un nouveau projet de réforme du code du travail. Celui-ci est dans la droite ligne du libéralisme sauvage imposé par les marchés via la Banque Mondiale, le Front Monétaire International et la Commission Européenne. Il accentue encore la précarité au travail en supprimant quasiment les Contrats à Durée Indéterminée facilitant la possibilité de licencier des patrons [vidéo en espagnol expliquant la reforme ici]. Exemple parmi tant d’autres : la période d’essai passe de trois mois à un an, période pendant laquelle on peut se faire virer du jour au lendemain sans raison… Face à cela, les syndicats majoritaires — CCOO et UGT —, pourtant habitués à négocier sagement avec l’État et le patronat, ont décidé d’appeler à une journée de grève générale le 29 mars. Si ces organisations sont largement discréditées par la société, l’ampleur de l’attaque a suscité un tel rejet que tous les secteurs se sont unis à cette journée d’action.

Grève générale en Espagne, combats à Barcelone

Ces dernières semaines, l’ambiance se chauffe peu à peu. Les rues se couvrent d’autocollants, affiches et tags, Internet bouillonne d’appels à participer à la grève. Les assemblées de quartiers et de villages, issues du mouvement 15M de l’année dernière, se réorganisent après un moment de baisse d’activité. Ainsi, la veille, plusieurs quartiers de la ville convoquent à une « cacerolada » (manifestation avec des casseroles sur le modèle argentin) et déambulent dans les rues pour expliquer la grève et inciter les petits commerces à fermer. Le soir même, à minuit pile, plusieurs piquets ambulants ferment les bars bobos des quartiers gentrifiés. Dans le centre, plus d’une centaine de personnes invitent à sortir les clients des bars et ferment les rideaux de fer énergiquement. Le cortège se dirige vers les discothèques pour les fermer. Sur une des grandes avenues de la ville, un loto est toujours ouvert. La tension monte et deux personnes — dont les médias disent qu’elles participaient au piquet — pénètrent dans le local et partent avec la caisse (environ 2000 euros).

Toute la nuit, de nombreuses actions communicatives et/ou de sabotage (surtout contre les supermarchés et les banques) sont réalisées et tôt le matin, les grands axes de la ville sont coupés par des rassemblements syndicaux ou des barricades de pneus enflammés. Peu après, commencent les piquets ambulants des quartiers — plus d’une vingtaine au total pour la seule ville de Barcelona. Ceux-ci sont également parfois assez agités, avec des situations tendues dans les commerces ouverts, des sabotages de bus ou de métro couvrant les services minimaux accordés par les grands syndicats et du blocage de flux avec des dizaines de barricades dans les rues. Plusieurs personnes se font arrêter pendant ces actions. Des colonnes de fumées apparaissent depuis différents points de la ville. Et la grève est LE sujet de conversations et de débats spontanés dans la rue.

À 12h, les piquets des différents quartiers se dirigent vers le centre pour le piquet unitaire, fermant tout sur leur passage. En 2010, pour la dernière grève générale, le rassemblement avait été un succès en terme de nombre avec plus de 4·000 personnes [voir récit de la greve générale de 2010 ici]. Aujourd’hui, c’est plus de 20·000 personnes qui depuis la Place Catalunya montent vers les quartiers financiers où attendent les piquets venus des hauteurs de la ville. Au bout de quelques minutes, la Bourse, étrangement laissée sans protection, est attaquée, avec un feu de poubelle devant la porte. Les Mossos (Police Catalane) débarquent à toute vitesse et chargent mais la manifestation tient et se poursuit assez tranquillement dans la luxueuse avenue du Passeig de Gracia. Arrivés en haut, il y a tellement de monde que l’on en sait pas ou est le début et la fin du cortège.

Un mouvement se crée finalement vers la Diagonal, artère huppée de la ville. À un croisement, un énorme feu est allumé et le siège sociale de Banc Sabadell (une des principales banques du pays et responsable de l’expulsion de milliers de foyers ces dernières années) est totalement détruit puis incendié. À deux rues de là, le reste de la manifestation ne se rend compte de rien et l’ambiance y est plutôt familiale, colorée et festive. Les pompiers arrivent. Certain-e-s manifestant-e-s parlent avec eux et leur demandent de ne pas éteindre les barricades enflammées. « Ça serait dommage que l’on doive vous crever les pneus », entend-on. Les pompiers se déclarent solidaires de la grève, mais finissent néanmoins par intervenir (c’est quoi déjà la solidarité avec les grévistes?).

Les barricades et banques s’enflamment à Barcelone

À 16h30, plusieurs manifestations sont convoquées notamment par les indépendantistes (marxistes), les « iaioflautas » (collectif issus de la commission « personnes agées » du 15M) et les organisations anarchosyndicaliste CGT-CNTs (enfin réunies, après des décennies d’obscures scissions internes). Le cortège libertaire est impressionnant, avec plus de 10·000 personnes. À peine commencé, un groupe détruit méthodiquement les vitrines des banques. Une partie des manifestant-e-s applaudit chaque action mais une autre s’y oppose parfois physiquement. La foule arrive finalement près de la place Catalunya où convergent les différents cortèges à l’appel de la commission « travail » du 15M. Au coin de la place, les deux manifestations se rencontrent en criant « A, Anti, Anticapistalistas !« . Alors que la tête de la manifestation unitaire avec le camion sono attend pour sortir, avec des dizaines de milliers de personnes derrière, les vitrines du Corte Ingles, le symbole du capitalisme espagnol, sont complètement détruites.

La police, présente à 30 mètres, charge ; mais il y a tellement de monde qu’il est tout simplement impossible de disperser la foule. Le journal El Pais parle alors de 275·000 personnes composant les différentes manifs qui bloquent la ville, alors que les syndicats en comptent 800·000. De fait, l’immense place et toutes les rues aux alentours sont remplies à craquer. La police ne laisse pas sortir la manifestation de la place, immobilisant le camion sono, et il y a une sorte de flottement. La situation devient alors incontrôlable : dans un autre coin du Corte Ingles, les manifestant-e-s font reculer la police ; un énorme feu est allumé, puis un deuxième, et certain-e-s commencent à casser les vitrines du centre commercial sous les hourras de la foule, qui demandent en chœur qu’on l’incendie (de la même manière que le Starbucks, qui, à une dizaine de mètres, vient d’être saccagé et incendié).

Derrière, la situation est chaotique : beaucoup critiquent mais restent curieux de voir ce qui se passe, beaucoup sont ravis et disent qu’ »ils n’ont que ce qu’ils méritent » quand tombe une nouvelle vitre, beaucoup d’autres n’ont pas trop l’air de savoir quoi en penser. Devant, ça chante « el pueblo unido jamas sera vencido« . La police essaye une nouvelle fois de charger en attaquant au flashball, mais la masse reste compacte et résiste, faisant même parfois reculer les flics à nouveau. Ceux-ci finissent alors par lancer des gaz lacrymogènes, ce qui ne s’est pas vu ici depuis plus de 20 ans. Tout le monde est extrêmement surpris ; la plupart des gens sait à peine ce que c’est. Mais la solidarité entre manifestant-e-s est impressionnante : l’eau et la bouffe se partagent, pendant que les blessé-e-s sont soigné-e-s sur place ou transporté-e-s vers l’arrière.

Une sirène retentit, mais cette fois, c’est un groupe de pompiers en grève et en uniforme venus participer à la bataille. Ils se mettent devant, parmi les manifestant-e-s, et aident à relancer les grenades lacrymogènes. La police parvient malgré tout à vider la place Catalunya et occupe alors tous les accès. Tellement de monde, situation incontrôlable. Les barricades enflammées se multiplient. Pour autant, les gens sont à la fois en alerte et détendus, se promenant au milieu du bazard. Le ballet des camions de flics qui passent à toute vitesse pour semer la panique (par peur d’être pris pour cible ?) fonctionne de moins en moins, alors que les deux hélicoptères tournent en tous sens entre des colonnes de fumée. Il ne doit pas rester beaucoup de vitrines indemnes dans ce coin hyper friqué, quand les rues du centre se vident peu à peu, sur fond de sirènes omniprésentes dans toute la ville.

Le lendemain, les pouvoirs politiques et policiers essayent, via les médias aux ordres, de transmettre l’image d’une grève peu importante et d’un phénomène marginal de violence dans les rues de Barcelona. Le gouvernement espagnol refuse même de négocier avec les syndicats majoritaires, qui proclament à tout va que la lutte doit se poursuivre. Le gouvernement catalan ne parle, lui, que d’un problème d’ordre public, cherchant à durcir ses lois. Selon lui, la seule solution possible est de criminaliser la « délinquance minoritaire », et notamment la cinquantaine de détenu-e-s dont trois ont éte placé-e-s en détention préventive. Comme si ce qui constitue l’une des plus importantes journées de révolte populaire depuis la chute de la dictature fasciste n’avait pas pour origine l’injustice croissante du système et le rejet frontal des politiques. Les informations pullulent sur Internet, notamment via une agence de presse parallèle organisée avec les journaux, radios, et télés alternatives locales ou via Twitter.

Le printemps s’annonce chargé, puisque le 3 mai se rassemble la Banque Centrale Européenne à Barcelone. Le 12 mai se tient la manifestation unitaire du 15M, avec certainement des nouvelles occupations d’espace public sur tout le territoire espagnol. Et enfin, le 15 mai, une journée mondiale d’action internationale contre le système financier est appelée par une coordination d’activistes des 15M espagnol, de Ocupy Wall Street ou San Francisco, de participant-e-s aux révoltes de Tahrir, de secteurs en lutte d’Amérique du Sud, etc.

L’histoire n’est pas terminée. Nos vemos por las calles !

À Barcelone… ça ne fait que commencer.

(quand Starbucks rencontra Moby Dick)

Autres vidéos et photos sur Contrainfo

Addendum: En guise d’à-propos, l’admin de ce blogue qui retransmet, avec plaisir, ces infos désire exprimer sa grande « indignation » face aux robots bureaucrates de la CLASSÉ, surtout de sa « Division des communications », pour se foutre (démocratiquement!) des mouvements de luttes comme celui-ci, ainsi que des luttes bien plus stratégiques et en profondeur qu’une enième manif contre les stupides bureaux de Loto-Québec, telles que celles menées, ici-même, contre le Plan Nord ou bien le développement techno-scientifique, enjeux de loin plus cruciaux pour ce gouvernement corporatiste que la vente de billets de lotterie à la con. Leur censure (refus de couvrir, et donc de supporter) de tout ce qui semble leur paraître comme « trop radical » comme actions et soulèvements populaires, surtout en parallèle à leur léchage de cul des médias corporatistes (qu’ils devraient plutôt avoir comme cibles, car détenus par les mêmes riches exploiteurs qui couchent avec le gouvernement… mais non attendez, ils portent quand même le carré rouge sur leur logo!) est enrageante.

Bref, trop souvent, les (in)communications de la CLASSÉ puent le renfermé. Pas (ou une quantité insignifiante) d’efforts sont faits pour mettre cette grève en perspective avec les luttes parallèles ici et ailleurs dans le monde, contre l’austérité et l’invasion de la haute finance. On est pas loin de la rhétorique vide et préfabriquée des fédés… (peut-être y est-on?) juste légèrement plus épicée, saveur Radio-Canada/La Presse, prenant soin de pas trop brasser la cage, de pas trop aller au fond du problème. Typiquement démocratique, tout ça… à l’image de l’aliénation des masses, de la pensée unique, de l’auto-délation inconditionnelle et irréfléchie à Facebook.

Or j’appelle à tous les chères lecteurs-trices à donner à ces petits blancs-blecs de mâles privilégiés jouant aux révolutionnaires avec leur carré rouge, ces petits socio-démocrates et corpocrates en herbe, ces candidats d’un autre parti politique à la solde du FMI, la claque sur la gueule critique qu’ils méritent, pour leur tentatives de forcer le mouvement dans l’entonnoir politique de leur revendication unidimensionnelle, nationaliste et tout-compte-fait bien polie envers le pouvoir capitaliste. Faites-le durant leur congrès… les manifs… dans vos assos… ou en attaquant leur(s) page(s) Twitter/Facebook de merde… mais je vous incite, encourage, convie à le faire, de tout coeur.. Et ce n’est pas une critique contre le mouvement de grève, ni ses causes (que j’appuie) mais contre ceux qui se veulent être ses « chefs » et osent parler au nom des foules, dans leur langue de bois qui étouffe la diversité des tactiques et perspectives.

Ici comme en Espagne, les élites bureaucratiques du mouvement sont, avec la Police, l’élément le plus contre-révolutionnaire. Car quand on est plus de 200 000 jeunes dans les rues du centre-ville d’une métropole, et qu’ils nous amènent à rentrer chez nous après seulement quelques heures passées à nous tenir en laisse, c’est un acte servant l’ordre capitaliste avec une efficacité qu’aucune Police ne peut égaler. Ce qu’ils ne font pas avec les « paniers à salade », ils le feront avec des autobus jaunes, et le contrôle des foules, c’est dégeulasse et despotique, qu’il soit planifié dans un meeting d’asso comme dans un briefing de flics. Que la grève soit sociale, et la résistance mondiale!

Solidarité avec les grévistes de partout.

Pour l’arrêt définitif de ce monde, de sa civilisation, pour atteindre son Point de non-retour.

Grève de la faim des Lakotas contre le projet Keystone XL

Posted in Actions, Appel, Reportages with tags , , , , , , , , , , , on 2012/04/06 by anabraxas

Dans les Dakotas, des membres de la fière Nation Lakota se sont soulevé en protestation cette semaine pour se joindre à une grève de la faim de 48 heures en opposition au projet d’oléoducs Keystone XL -ainsi qu’à tous les oléoducs des sables bitumineux- qui selon eux menace de détruire des ressources aquatiques et des terres ancestrales aux États-Unis et au Canada.

Ce dimanche, des douzaines de grévistes de la faim et leurs supporteurs ont marché dans un rassemblement contre les projets pétroliers de sables bitumineux à Eagle Butte, Dakota du sud, une communauté pauvre de la Cheyenne River Indian Reservation, près de de la voie proposé par TransCanada pour l’oléoduc Keystone XL de 1700 miles vers les raffineries du Golfe (du Mexique).

Les membres de la tribu Lakota et leurs enfants se sont rendu au camp à travers les rudes collines près de la rivière Missouri pour jeûner en solidarité avec la grève de la faim de la Bella Bella Community School en Colombie-Brittanique. Les enfants de cette école ont protesté contre un plan de livrer des millions de barils de pétrole à travers l’oléoduc potentiellement dangereux « Northern Gateway » qui pomperait le pétrole corrosif et acide des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’aux navires pétroliers géants s’approvisionnant sur la traîtresse de côte Pacifique canadienne.

La dévastation environnementale massive causée par l’exploitation de sables bitumineux et les plans de compagnies pétrolières de le transporter à travers les États-Unis a rallié les Autochtones Américains contre les propositions de construire des pipelines des sables bitumineux ici sur le territoire Américain. Voici comment la vétérante du militantisme Lakota Debra White Plume l’a décrit durant cette grève de la faim près de Eagle Butte:

Cet oléduc veut dire des gens riches devenant encore plus riches, cet oléoduc veut dire le viol de la Mère Terre et de nourrir la machine. Pour nous, cet oléoduc, c’est notre génocide et celui de tous les gens des Premières Nations du Canada. Je crois que notre nations autochtones vont continuer de s’opposer au projet d’oléoduc Keystone XL et resteront opposés aux autres pipelines menaçant de passer par ici parce que nous comprenons que l’eau est un cadeau de notre Grand-père, c’est un cadeau de la vie. Nos chefs le comprennent et nous n’allons pas négocier. C’est une bataille pour notre eau, et une bataille pour nos enfants. Ce sont nos petits-enfants qui sont ici à la grève de la faim, et nous sommes très fières d’eux pour s’affamer pour la Mère Terre et aussi pour les aînés qui font de même.

 Karen Ducheneaux, qui vit sur la réserve autochtone de Cheyenne River, une des régions les plus pauvres dans le pays, a proposé l’idée de grève de la faim après avoir vu la puissante vidéo des enfants de l’école de la Communauté de Bella Bella au Canada, protestant contre l’exploitation des sables bitumineux. Après avoir parlé à ses membres de la famille et chefs tribaux, Ducheneaux a décidé qu’il était temps d’agir en la solidarité avec les peuples des Premières Nations du Canada.
À quoi ils font face ne les affecte pas  seulement qu’eux, ça n’affecte pas simplement la côte ouest du Canada ou l’Alberta où les sables bitumeux sont extraits. Ça n’affecte pas seulement des personnes habitant au long de ces oléoducs; ça affecte le monde entier. Ce qu’ils font, d’empoisonner l’eau et polluer la terre, affecte toute l’humanité, et pas juste les Lakotas ou les personnes du Dakota du Sud, mais tout le monde… Je suis si fière du groupe d’écoliers de Bella Bella et si fière de pouvoir les soutenir… Nous ne pouvons pas boire du pétrole. Nous allons détruire nos propres eaux souterraines et notre écosystème et alors nous n’aurons plus rien.
Ainsi par ce 1er avril exceptionnellement chaud dans les Dakotas, quelques douzines de grévistes de la faim et leurs supporteurs ose sont rassemblés sur la terre d’une famille dans les collines plissées près de la rivière Missouri, terre qui a été une source de vie et de nourriture longtemps avant que les colons aient envahi leurs territoires de Lakota Sioux il y a plus d’un siècle. Les défenseurs de Lakota ont construit un sauna traditionnel et les aînés y ont chanté des chansons et des prières à l’appui des grévistes de la faim au Canada, à plus de mille miles de là. Ils étaient là pour soutenir et protéger la Mère Terre, une puissante tradition Lakota passée d’une génération à l’autre, longtemps avant que les compagnies d’extraction minière et pétrolière viennent polluer leur terre. C’est une tradition que ces grèvistes de faim disent qu’ils lvont se battre pour jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun Lakota, une lutte que nous tous devrions respecter et soutenir.
À bas l’oléoduc de Enbridge,
Keystone XL aux poubelles!

Stop the Tar Sands

Save the Spirit Bear Coast
traduit de Lakotas Launch Hunger Strike against Tar Sand Pipelines