Archives de mars, 2011

To Monsanto: Burn Baby Burn!

Posted in Actions, Réflexions on 2011/03/31 by anabraxas

Rural Haitian farmers gathered in Papaye, June 4, 2010. Many wore straw hats reading, « Aba Monsanto – down with Monsanto and Aba Preval – down with Preval. »

Let It Burn

Thursday, 20 January 2011

by Ryan Stock, Truthout

« A fabulous Easter gift, » commented Monsanto Director of Development Initiatives Elizabeth Vancil. Nearly 60,000 seed sacks of hybrid corn seeds and other vegetable seeds were donated to post-earthquake Haiti by Monsanto. In observance of World Environment Day, June 4, 2010, roughly 10,000 rural Haitian farmers gathered in Papaye to march seven kilometers to Hinche in celebration of this gift. Upon arrival, these rewarded farmers took their collective Easter baskets of more than 400 tons of vegetable seeds and burned them all.[i] « Long live the native maize seed! » they chanted in unison. « Monsanto’s GMO [genetically modified organism] & hybrid seed violate peasant agriculture! »

According to Chavannes Jean-Baptiste, coordinator of the Papay Peasant Movement (MPP), « there is presently a shortage of seed in Haiti because many rural families used their maize seed to feed refugees. »[ii] Like any benevolent disaster capitalist corporation, Monsanto extended a hand in a time of crisis to the 65 percent of the population that survives off of subsistence agriculture. But not just any hand was extended in this time of great need, rather: a fistful of seeds. The extended fist was full of corn seeds, one of Haiti’s staple crops, treated with the fungicide Maxim XO. With similar benevolence, not just any tomato seeds were donated to the agrarian peasants, but tomato seeds treated with Thiram, a chemical so toxic the Environmental Protection Agency (EPA) has ruled it too toxic to sell for home garden use, further mandating that any agricultural worker planting these seeds must wear special protective clothing.[iii] Happy Easter! Monsanto’s web site’s official explanation for this toxic donation is that « fungicidal seed treatments are often applied to seeds prior to planting to protect them from fungal diseases that arise in the soil and hamper the plant’s ability to germinate and grow. The treatments also provide protection against diseases the seed might pick up in transfer between countries. »[iv] However, according to the New Jersey Department of Health and Senior Services Hazardous Substance Fact Sheet, « repeated exposure [to Thiram] can affect the kidneys, liver and thyroid gland. High or repeated exposure may damage the nerves. »[v] Why would Monsanto be so eager to donate seeds that could potentially compromise the health of so many famished people?

« The Haitian government is using the earthquake to sell the country to the multinationals! » stated Jean-Baptiste. Welcome to the new earthquake.

« [It’s] a very strong attack on small agriculture, on farmers, on biodiversity, on Creole seeds … and on what is left of our environment in Haiti. » – Chavannes Jean-Baptiste, executive director of the Peasant Movement of Papay.

A Brief History of Violence

Monsanto is also responsible for other life-changing inventions, such as the crowd-pleasing Agent Orange. The Vietnamese government claims that it killed or disabled 400,000 Vietnamese people, and 500,000 children were born with birth defects due to exposure to this deadly chemical.[vi] Up until 2000, Monsanto was also the main manufacturer of aspartame, which researchers in Europe concluded, « could have carcinogenic effects. » In a rare demonstration of social justice, in 2005, Monsanto was found guilty by the US government of bribing high-level Indonesian officials to legalize genetically-modified cotton. A year earlier in Brazil, Monsanto sold a farm to a senator for one-third of its value in exchange for his work to legalize glyphosate, the world’s most widely used herbicide.[vii] In Colombia, Monsanto has received $25 million from the US government for providing its trademark herbicide, Roundup Ultra, in the anti-drug fumigation efforts of Plan Colombia. Roundup Ultra is a highly concentrated version of Monsanto’s glyphosate herbicide, with additional ingredients to increase its lethality. Colombian communities and human rights organizations have charged that the herbicide has destroyed food crops, water sources and protected areas and has led to increased incidents of birth defects and cancer.

With more than 11.7 billion dollars in sales in 2009 and more than 650 biotechnology patents – most of them for cotton, corn and soy – Monsanto is an economic powerhouse. Nine out of ten soybean seeds in the US are also linked to Monsanto. Together with Syngenta, Dupont and Bayer, Monsanto controls more than half the world’s seeds with no effective anti-trust oversight. One of the world’s most powerful corporations, Monsanto teamed up with United Parcel Service to have the 60,000 hybrid seed sacks transported to their intended destination for Easter 2010 in its drive to trickle down some good to the little guys. Distributing Monsanto’s seeds on this auspicious occasion was a $127 million project funded by the US Agency for International Development (USAID), called « Winner, » designed to promote « agricultural intensification. »[viii] According to Monsanto, the original decision to donate seeds was made at the World Economic Forum in Davos, Switzerland,[ix] unbeknownst to Haiti.

« Without chemicals, life itself would be impossible. » -Monsanto’s former motto.

The genetically-modified seeds such as those donated and later immolated, cannot be saved from year to year. Some so-called terminator seeds – the DNA of which is altered so as to not drop seed after harvest – require the farmer to buy new seeds from Monsanto the following year in a legally binding contract, instead of collecting the seeds that would have naturally developed on the plant before its DNA was modified. Other GMO seed which do drop fertile seed may not be replanted by contract. Diminished yields, health problems and weakened prospects to buy the next season’s seeds in consequence of and combined with that binding contract with Monsanto have driven many rural farmers to poverty, and subsequently led to a rash of farmer suicides in rural India. Since 1997, more than 182,936 Indian farmers have committed suicide, according to a recent study by the National Crime Records Bureau.[x] « As seed saving is prevented by patents as well as by the engineering of seeds with non-renewable traits, seed has to be bought for every planting season by poor peasants. A free resource available on farms became a commodity which farmers were forced to buy every year. This increases poverty and leads to indebtedness. As debts increase and become unpayable, farmers are compelled to sell kidneys or even commit suicide, » Indian author Vandana Shiva noted in her 2004 article « The Suicide Economy Of Corporate Globalisation. »[xi]

()

Source:

Infoshop.org

Truth-out.org

The hell with « Climate justice »… Let’s bring land justice!

Beau comme des condos qui brûlent!

Posted in Actions on 2011/03/29 by anabraxas

Chronique d’attaques contre l’expansion de la civilisation, reportées dans la Mauvaise Herbe d’automne 2010…

10 octobre 2010

Des condominiums en construction ont été détruits par un incendie à La Prairie, en Montérégie. Le feu s’est déclaré vers 4h dans un immeuble en construction de la rue Saint-Henri. L’incendie n’a fait aucun blessé. Les condominiums sont une perte totale. Les autorités considèrent l’incendie comme suspect.

6 octobre 2010

Des immeubles à condos en construction (20 condos) du promoteur Samcon ont été la cible d’un incendie dans le quartier Hochelaga Maisonneuve, sur la rue St-Clément.

Un graffiti représentant des flammes sur des condos a été récemment peint au pochoir au bas de l’affiche résumant le projet immobilier, avec l’inscription « Beau comme un condo qui brûle. » Le même graffiti avait été peint sur l’affiche située devant l’autre chantier de Samcon incendié en janvier dernier, situé à l’angle des rues Jeanne-D’Arc et de Rouen. Ce graffiti aurait d’ailleurs été aperçu devant d’autres chantiers du secteur, et pas seulement devant ceux appartement à l’entreprise Samcon.

Les flics du SPVM dit avoir des images vidéo d’un suspect sur les lieux du crime par une des caméras de surveillance perchée sur le site. La vidéo montre un homme avec un sac à dos s’introduire sur le chantier vers 1h15 du matin, avant de pénétrer à l’intérieur du bâtiment et en ressortir environ 15 minutes plus tard.

Les dommages sont évalués à 600 000$.

26 novembre 2009

Une quinzaine de condos de trois projets immobiliers en construction ont été détruits à Montréal, dans le Plateau Mont-royal sur la rue Pauline-Julien, dans la nuit du 26 novembre. Le chantier a repris très vite. Le promoteur a déjà construit 720 condos depuis 1999, dans le cadre du projet Les cours du parc Laurier. Il ne lui en reste que 51 à construire avant de boucler ce parc immobilier, incluant les 15 unités incendiées. Des témoins auraient aperçu deux incendiaires déguerpir après le début de l’incendie.

20 novembre 2009

Dans la nuit du 20 novembre, c’est une trentaine de logements d’un chantier de Rosemont-La-Petite-Patrie qui a été détruit par un incendie. Ces logements faisaient partie d’un projet de 90 unités d’une coopérative d’habitation pour riches écolos, baptisé Projet Quartier 54, tout près du métro Rosemont.

20 novembre 2009

Un édifice en construction (6 condos) de Verdun a été détruit par un incendie dans la nuit du 20 novembre. Ces condos font partie du Projet Cool, un chantier de 23 condominiums sur la rue du même nom. Des voisins ont dit avoir entendu trois explosions et vu trois jeunes (sic) courir sur les lieux le soir de l’incendie. Le promoteur dit construire des condos depuis 35 ans à Verdun et il a aussi dit être amis de ces compétiteurs.

Robert Quévillon, du SPVM, a dit qu’il a déjà plein les bras avec les 13 attaques aux cocktails Molotov dans des cafés italiens et cette vague d’incendies sur le Plateau Mont-Royal en cours depuis l’été dernier.

Avril 2009

96 condos du projet immobilier Faubourg Contrecoeur (l’est de l’île) ont été détruits par un incendie en avril 2009. Le feu s’est propagé sur six immeubles en construction appartenant au promoteur Construction Frank Catania et associés. Les travaux étaient suspendus en raison d’un litige entre le promoteur, la SHDM et la Ville. La SHDM avait racheté le terrain à la Ville et l’avait par la suite vendu à l’entreprise Catania à un prix inférieur à l’évaluation municipale.

——————————————-

Version PDF du zine

Le capitalisme ne peut être éco-compatible

Posted in Réflexions with tags , , , , , , , , on 2011/03/08 by anabraxas

La banlieue: cimetière civilisationnel

(republication d’un texte de l’hiver dernier)

La nature est devenue matière à mathématiser afin de l’appréhender dans un schéma techno-scientifique mu par les besoins présents, mais surtout à venir, du capital. La connaissance scientifique de la nature, de ce substrat conceptuel dans l’indéfini supposé de ses possibilités, précède le développement du productivisme capitaliste. Sa mathématisation, même s’il elle comporte des possibilités d’accroitre nos connaissances afin de pouvoir envisager sereinement une évolution de notre propre découverte (dans une vision holistique), permet en toute priorité à notre époque et dans le paradigme qui est le nôtre, son exploitation effrénée par un système de production ayant fait depuis longtemps de la science sa section d’éclairage. L’économie éhontée qui est trop souvent faite du principe de précaution dans le domaine de la recherche appliquée en donne un illustre exemple. La techno-science a un rôle dans « l’abstractité » de la pensée dominante, tout en étant elle-même issue de cette dominance (des rapports sociaux abstraits de production), dans la mesure où elle renforce le fétichisme d’une nature soumise à un état de marchandise en puissance et par là même, autorise la reproduction du procès cyclique et répétitif de la valorisation.

La nature est donc conçue comme une matière vivante à dominer (autour de nous et en nous), comme une infériorité, féminisée comme il se doit et dont le sort logique est d’être offerte aux divagations de l’intellectualisme rationnel, fruit des rapports sociaux productivistes, et se concrétisant dans le scientisme carriériste et égotiste à la solde de l’idéologie rationaliste. Or, derrière ce concept historique de nature, c’est la vie (ou le rapport à la vie et ses diverses formes) qui s’y trouve recluse, réifiée, extériorisée et à quoi il est nié en ces temps de recherche effrénée de performance de posséder ses propres limites face aux besoins grandissants de l’économie vorace. C’est ainsi qu’il devient alors possible, sans tenter de changer ce paradigme, de considérer autrement cette nature en se donnant alors l’impression de pouvoir changer les rapports que nous entretenons envers elle ; et en partant d’un tel présupposé, nous sommes enclins à penser que l’idée de la nécessité de préserver la nature participe en réalité à la poursuite de la domination d’une part de nous-mêmes sur une autre part, infériorisée, sous des formes plus ou moins différentes, et ce dans une incapacité de mettre radicalement en cause « notre » système de rapports sociaux de production et donc de domination.

La nature peut être conçue dans une visée utilitariste, et la nécessité de sa protection ne dépasse pas cette visée, elle l’utilise même. La polarisation et la séparation persiste ainsi que toute recherche de valorisation par d’autre voies. C’est ainsi que certains en viennent à parler de droits qu’il faudrait concéder à la nature sauvage et à ceux(celles) qui la compose comme d’une intégration au système du « fétichisme juridico-politique » (Antoine Artous) qui, loin de prémunir de la domination totale du système marchand, permet au contraire à celui-ci de faire perdurer et d’accroitre sa main-mise sur la vie. Non pas que la protection de la nature dans sa phase pratique ne puisse trouver grâce à nos yeux en maintes circonstances, mais la mise bout à bout de ces deux termes : « nature » et « protection », ne saurait être le la d’une critique et de pratiques visant à expurger de nos esprits, et du monde par conséquent, des causes réelles et profondes de la mise en danger de la vie.

Il n’est pas dans l’intérêt du Capital de porter atteinte à la « nature » malgré que se soit là sa tendance pourtant, du fait du rapport contradictoire qu’il entretient avec la vie. Cette tendance immanente à sa dynamique d’auto-accroissement annihile par le fait tout projet écologiste qui ne remet en cause radicalement ses fondements, et c’est ainsi, entre autres, que « pour Marx, ce modèle de croissance est à double face : il entraîne l’expansion permanente des capacités productives humaines, mais cette expansion, liée comme elle l’est à une structure sociale dynamique aliénée, revêt une forme débridée, illimitée, accélérée, sur laquelle les hommes n’ont aucun contrôle. Indépendamment de toute considération sur les possibles limites à l’accumulation du capital, l’une des conséquences de cette dynamique particulière – qui produit de plus grandes augmentations de richesse matérielle que de survaleur -, c’est la destruction accélérée de l’environnement naturel. Selon Marx, par suite du rapport entre productivité, richesse matérielle et survaleur, l’expansion continue de la survaleur a de plus en plus de conséquences désastreuses pour la nature et pour les hommes... ». Le Capital s’est emparé de la nature et en a fait un des éléments indispensables de son auto-valorisation. Il a ainsi réifié notre rapport à la vie en excluant de l’organisation structurelle rationnelle et de plus en plus « cybernétisée » qu’il impose, la spontanéité, l’imprévisibilité, l’auto-accomplissement, la recherche immanente d’autonomie et d’inter-dépendance qui sont comme autant d’expressions des rapports directs qu’entretiennent les êtres avec la vie, avec eux-mêmes.

Lire le reste sur l’En Dehors

ou Écologie et émancipation