Montréal: Deux instances de sabotage ferroviaire

Two instances of railroad sabotage

De/From Anews

The infrastructures of State and capital continue to spread their tentacles, seeking to accelerate the extraction and transportation of resources to the market. The vast territory that is the Canadian North, often sparsely populated due in large part to the displacement, isolation, and genocide of indigenous peoples, is an immense source of profit; oil, gas, forestry, hydro-dams, uranium mines, etc. Various monstrous infrastructural expansion projects are currently trying to connect the Alberta Tar Sands through pipelines along the St. Lawrence river to the Atlantic. These projects entail expanding and constructing new infrastructure such as ports, rail lines, and highways all along this route on colonized territories.

Over the past three weeks, we temporarily interrupted circulation on the CN rail lines twice in the neighborhood of Pointe-St. Charles. We placed a copper wire connecting both sides of the tracks, thus sending a signal indicating a blockage on the tracks and disrupting circulation until the tracks were checked and cleared. This train line in particular is being worked on in order to facilitate the transport of oil eastward to the port of Belledune in New Brunswick.

To block train lines, one can :
1. Obtain at least 8 feet of uninsulated 3AWG copper ground wire (the kind that is used for wiring main service panels in a house).
2. Wrap the wire around each rail of the track, connecting both sides, and ensure good contact.
3. Cover the wire between the tracks so that it is more difficult to detect.
4. Smile at the possibility of causing thousands of tonnes of train traffic to be disrupted.

This simple act is easily reproducible, and demonstrates the vulnerability of their infrastructure despite their surveillance technologies and legal apparatus intent on dulling our teeth. The recent strengthening of the Canadian State’s capacity for repression through Bill C-51, now law, includes legislation requiring a mandatory minimum sentencing of five years for those convicted of tampering with capitalist infrastructure. For us, this legislation further emphasizes how integral the functioning of ‘critical’ infrastructure is to projects of ecological devastation (and the society that needs them), and how powerfully the simple act of sabotage can contribute to struggles against them.

We conceive of our struggle as against civilization and the totalizing domestication it entails; we seek nothing less than the destruction of all forms of domination. As a step in this direction, we hope to contribute to the formation of a specific struggle against these projects of industrial expansion. We want to organize to combat these projects in ways that are decentralized and autonomous, including with consistent and widespread railroad blockades. Autonomous self-organizing escapes a mass movement logic (to impose an agenda through ‘mobilizing’ others while waiting for the ‘right’ conditions to act) and the political recuperation imposed by reformist environmental activism. Convergences can play a crucial role in initiatives flourishing, but it is equally crucial that the struggle against these projects does not start and end there. Let’s up the tension against this world, let’s proliferate the attacks.

Deux instances de sabotage de chemins de fer pétroliers

Les infrastructures tentaculaires de l’État et du capital continuent de se prolonger, afin d’accélérer l’extraction et le transport des ressources vers le marché. Le vaste territoire du grand nord canadien, peu peuplé en grande partie en conséquence des stratégies de colonisation, de déplacement, d’isolement et de génocide des peuples autochtones, est une immense source de profit; pétrole, gaz naturel, industrie forestière, barrages hydro-électriques, mines d’uranium, etc. De nombreux projets monstrueux d’expansion des infrastructures tentent présentement de connecter les sables-bitumineux de l’Alberta par des oléoducs qui longent le fleuve St-Laurent jusqu’à l’océan Atlantique. Ces projets impliquent la prolifération et l’expansion de nouvelles infrastructures comme les ports, les voies ferrées et les autoroutes le long des territoires colonisés.

Durant les trois dernières semaines, nous avons temporairement interrompu à deux reprises la circulation sur le chemin de fer du CN dans le quartier de Pointe St-Charles. Nous avons attaché un fil de cuivre connectant les deux rails du chemin de fer pour déclencher l’envoi d’un signal indiquant un blocage sur les voies et freinant la circulation des trains jusqu’à ce que les voies soient vérifiées et l’obstacle enlevé. Cette section des rails est en reconstruction pour améliorer le transport de pétrole vers l’est jusqu’au port de Belledune au Nouveau-Brunswick.

Pour bloquer un chemin de fer:
1. Obtenez au moins 8 pieds de fil de cuivre non-isolé 3AWG (habituellement utilisé pour connecter l’électricité à un panneau électrique résidentiel).
2. Entourez de fil les deux rails du chemin de fer, connectant les deux côtés, et assurez-vous d’un contact solide.
3. Couvrez le fil entre les deux cotés pour qu’il soit plus difficile à trouver.
4. Souriez à la possibilité de causer la perturbation de milliers de tonnes de traffic ferroviaire.

Cet acte simple est facilement reproductible et démontre la vulnérabilité de leurs infrastructures malgré les technologies de surveillance et les efforts de l’appareil légal à émousser nos dents. Le renforcement récent des habiletés répressives de l’État canadien à travers le projet de loi C-51, maintenant effectif, comprend une législation ordonnant des sentences minimales de cinq ans pour ceux et celles trouvé-e-s coupables d’endommager les infrastructures capitalistes. Pour nous, cette législation met en lumière le rôle critique des infrastructures dans le bon fonctionnement des projets de dévastation écologique (et de la société qui en dépend) et à quel point un geste simple de sabotage peut être une contribution puissante à la lutte contre ces projets.

Nous concevons notre lutte comme étant contre la civilisation et la domestication totalisatrice qu’elle engendre; nous désirons rien de moins que la destruction de toute forme de domination. À cet égard, nous espérons contribuer à la formation d’une lutte spécifique contre ces projets d’expansion industrielle. Nous voulons nous organiser pour combattre ces projets de manière décentralisée et autonome, incluant des blocages répétitifs et contagieux des chemins de fer. L’organisation autonome échappe à la logique de mouvement de masse (imposer un programme à travers la ‘mobilisation’ des autres en attendant le ‘bon moment’ pour agir) et à la récupération politique imposée par l’activisme écologique réformiste. Les convergences peuvent jouer un rôle critique dans l’épanouissement des initiatives, mais il est également critique que la lutte contre ces projets ne se résume pas à cela. Augmentons la tension contre ce monde, propageons les attaques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :