La prison, ça marche juste pour ceux qui en profitent

Traduction de la récente lettre de la prisonnière Emma Sheppard, en prison en Angleterre pour avoir mis une planche à clous sous les pneus d’une voiture de flics à Bristol…

Une intro sur la situation par les gens du squ@t la Rage Ga (Marseille):

Le 24 février 2015, la prisonnière anarchiste Emma Sheppard a été condamnée à deux ans de prison au tribunal de première instance de Bristol pour avoir « commis des dommages criminels inconsidérés mettant des vies en danger. » Les charges se rattachent à la dégradation de voitures de police dans la zone de Bristol.

Il s’agit de la première condamnation s’inscrivant dans l’opération Rhone ; une investigation menée par 10 officiers CID [Central Intelligence Departement : Département de Renseignements Central] afin d’enquêter sur plus de 100 attaques anonymes dans la zone de Bristol au cours des quatre dernières années, de rassembler des informations sur le mouvement anarchiste au sens large, ainsi que de traquer le camarade fugitif Badger, qui a pris la fuite en août 2011.

Cependant, l’arrestation d’Emma et le plaidoyer de culpabilité relatif à un sabotage la veille du Nouvel An se révèlent être des cas à part et ne résultent pas du travail engagé par l’opération Rhone – quand bien même ils ont été impliqués par la suite.

Vous pouvez pas dire qu’on vous a pas prévenu...

De Bristol ABC – support for Emma

La nuit dernière j’ai vu la Lune et une étoile. C’était la première fois depuis longtemps. Ça m’a fait penser à tous mes ami-es, vielleux et nouvellaux, et me suis demandé ce qu’ilelles faisaient au clair de la lune. Je me sentais si chanceuse de faire partie d’un si vaste réseau de gens. Tout semble possible quand tu sais que tu as du support. Mais tandis que ces pensées rendent la prison plus supportable, ça ne me fera pas oublier la violence de ce système.

Les prisons sont presque pleines. Or ils en construisent d’autres. De Topshop à Tesco, de DHL à Lend Lease, et de Virgin à Geoamey, y a de la grosse argent dans le régime carcéral. Maintenant des ‘Compagnies de Réhabilitation Communautaire’ administrent le service de probation. Christopher Grayling a annoncé une autre initiative de réhabilitation pour le Ministère de la Justice. Les prisonnier-ères vont produire des poches de sable, des poteaux de clôtures et des kits pour les Forces Armées, dans le but ‘d’apprendre de nouveaux et importants savoir-faires’ et la ‘valeur de dures journées de travail’.

Le mot ‘réhabilitation’ n’est jamais loin de l’intérieur de ces murs. Mais la prison a une ombre qui s’étire -elle isole, sépare et détruit des vies. Beaucoup a été écrit récemment au sujet des femmes en prison. Même Vicky Pryce -ex-femme d’un MP Conservateur a appelé pour du changement. Mais tandis que les femmes en prison ont certainement, pour utiliser le langage des écrous, des ‘besoins complexes’, des appels pour une réforme sur les bases genrées sursimplifie le problème. Les prison ne marchent pour personne – à l’exception de ceux qui en profitent.

Et qu’est-ce que la ‘réhabilitation’ veut dire? De se repenter pour nos crimes? De se mettre à genoux face à des systèmes supposément bienfaiteurs qui nous sont offerts comme ‘choix’? La réhabilitation est utilisée comme une carotte qu’on est censé courir après. Mais je ne vais pas participer à une course qui produit des poches à sable. Il y a pas de réhabilitation dans un IPP, CSC ou un seg. Quand les gens sont largués sans préavis. C’est pas de la réhabilitation.

Assata Shakur a décrit un des nombreux procès théâtraux dont elle a été sujette. Même si dans aucune mesure je me compare à elle, le sentiment a vraiment résoné en moi:

« De participer au Procès du New Jersey était contre mes principes et incorrect. En participant, j’ai participé à ma propre oppression. J’aurais dû savoir et ne pas donner du crédit à cette arnaque. Sur le long terme, les gens sont notre seul appel. Les seuls qui peuvent nous libérer sont nous-mêmes. »

Certains gens se désintoxent avec succès en prison, et d’autres rechutent. Certain-es délaissent leurs relations abusives, et d’autre y retournent. Tout comme pour le mythe de ‘protection’ que la police perpétue, la ‘réhabilitation’ n’est qu’une façade commode qui cache une violence systémique. Les décisions que les gens prennent en prison peuvent leur faire du bien comme du mal. Mais tout changement positif que l’individu accomplira se fera malgré, pas grâce, aux ‘opportunités’ qu’ilselles reçoivent. J’oublierai jamais les fils de rasoir et le son des clés dans la porte. Mais même si vous me mettez sous verrou, je ne suis pas seule.

Much love,

Em x

Pour plus d’infos et les lettres précédentes de Emma, voir sur Contrainfo

Pour lui écrire:

Emma Sheppard
A7372DJ
HMP Send
Ripley Road
Woking
Surrey
GU23 7LJ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :